•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour sur le terrain

DeMaurice Smith, le directeur général de l'Association des joueurs de la NFL, et Roger Goodell, le commissaire de la NFL

DeMaurice Smith, le directeur général de l'Association des joueurs de la NFL, et Roger Goodell, le commissaire de la NFL

Photo : AFP / Rob Carr

Radio-Canada

Les amateurs de football sont rassurés. Les représentants des joueurs des 32 équipes de la NFL ont accepté lundi le nouveau contrat de travail avec les propriétaires qui met un terme au lock-out.

Alors que les propriétaires avaient approuvé massivement cet accord la semaine dernière, les deux parties devaient encore se mettre d'accord sur les derniers points en litige.

« Le conseil exécutif de l'Association des joueurs et les représentants des joueurs ont accepté unanimement l'entente », a déclaré aux journalistes DeMaurice Smith, directeur général de l'Association des joueurs de la NFL.

Le conflit de travail, le premier à toucher la NFL en 24 ans, a éclaté le 12 mars dernier.

« Je sais que cela a été un long processus depuis que nous avons débuté en mars, mais nos gars sont restés soudés, alors que personne ne pensait que nous le ferions. Le football est de retour grâce à cela », a ajouté DeMaurice Smith.

« C'est quelque chose qu'on attendait depuis longtemps : le football est de retour et ce sont d'excellentes nouvelles pour tout le monde », a également commenté le commissaire de la NFL, Roger Goodell.

Les conditions

Les détails juridiques doivent encore être finalisés et l'ensemble des joueurs doit se prononcer, mais le vote final n'est plus qu'une formalité.

Les deux parties ont enfin réussi à trouver un accord sur la répartition des 9,3 milliards de dollars de revenus que génère le football aux États-Unis.

Cette entente devrait allouer 53 % des revenus aux propriétaires, la rendant plus avantageuse pour eux que la précédente convention (50-50).

Même si cela n'est pas autant qu'ils l'espéraient avant le début du lock-out, les propriétaires réalisent une bonne d'affaire, selon Alexandre Panneton, avocat spécialisé en droit du sport : « Si on regarde les chiffres, on peut dire que c'est vraiment les propriétaires qui ont gagné le plus dans le cadre de ce conflit-là. Les joueurs laissent beaucoup d'argent sur la table. »

Cette diminution de revenus pour les joueurs sera absorbée en grande partie par la baisse des salaires accordés aux recrues.

L'ancien joueur de NFL, le Québécois Jean-Philippe Darche, estime qu'il s'agit d'une bonne décision : « Il fallait que cela change parce que des 40 ou des 50 millions de dollars garantis à des joueurs qui n'ont pas encore joué un jeu, cela n'a pas d'allure. »

Ce nouveau pacte de travail de 10 ans prévoit un plafond salarial de 142,4 millions de dollars pour la campagne 2011.

L'offre des propriétaires contient aussi des mesures pour favoriser la sécurité des joueurs : plus de congés, moins d'entraînements avec contact et moins de jours de travail pendant la saison morte.

Retour au travail

Une dizaine d'équipes ouvriront leurs camps d'entraînement dès mercredi, tandis que les autres le feront au cours de la semaine.

Les clubs pourraient également commencer mardi à mettre sous contrat leurs choix au dernier repêchage et les recrues embauchées comme joueurs autonomes.

Les discussions pourraient aussi s'amorcer avec les autres joueurs autonomes avant la signature des ententes vendredi.

La nouvelle saison démarrerait comme prévu le 8 septembre avec un affrontement entre les Saints de La Nouvelle-Orléans et les champions en titre, les Packers de Green Bay.

Le match annuel du Temple de la renommée est cependant annulé. Cette rencontre devait se dérouler entre les Rams de St. Louis et les Bears de Chicago le 7 août prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports