•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crimes de guerre : Goran Hadzic comparaît au TPIY

Goran Hadzic quelques heures avant son extradition à La Haye le 22 juillet.

Goran Hadzic quelques heures avant son extradition à La Haye le 22 juillet.

Photo : Agence France Presse

Radio-Canada

L'ancien responsable des Serbes de Croatie a refusé de plaider coupable ou non coupable lors de sa première comparution devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), lundi.

Goran Hadzic est accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre durant le conflit qui s'est déroulé en Croatie de 1991 à 1995.

Il est notamment soupçonné d'avoir ordonné le massacre de 264 Croates et autres non-Serbes qui avaient trouvé refuge à l'hôpital de Vukovar en novembre 1991. Les victimes avaient été battues et torturées par les troupes serbes avant d'être exécutées.

L'avocat de l'accusé a demandé, comme le règlement du tribunal le lui permet, que son client dispose d'un délai de 30 jours avant qu'il ne lui soit de nouveau demandé de plaider coupable ou non coupable.

Durant la guerre de Croatie, Goran Hadzic a été le « président » de la prétendue République serbe de Krajina, dont l'indépendance a été proclamée unilatéralement par les Serbes sécessionnistes en décembre 1991, à la suite de la déclaration d'indépendance de la Croatie.

L'homme de 52 ans a été arrêté le 20 juillet dernier au nord de Belgrade, après une cavale de sept ans. Il était le dernier fugitif réclamé par le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie.

Depuis la création du TPIY en 1993, 161 personnes ont été mises en accusation. Sur les 126 accusés qui ont subi leur procès, 64 ont été condamnés.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International