•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fondement génétique à l'endurance musculaire

Un homme s'entraîne

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un gène lié à l'endurance musculaire, ou plus précisément son régulateur négatif, a été identifié chez la souris par des chercheurs américains de l'École de médecine de l'Université de la Pennsylvanie.

Ainsi, le fait de ne pas posséder ce gène a donné une meilleure endurance aux rongeurs dont le gène a été inactivé.

Nous avons découvert que des souris dépourvues du gène couraient six fois plus longtemps que les souris témoins.

Une citation de :Pr Tejvir S. Khurana

Les chercheurs pensent que, chez l'humain, ce gène possède un lien avec l'endurance des athlètes olympiques qui pratiquent des sports de longue haleine comme la nage sur une longue distance, mais pas avec celle des athlètes d'épreuves de sprint.

En outre, ces travaux publiés dans le Journal of Clinical Investigation pourraient générer des retombées dans l'amélioration du rendement musculaire des personnes souffrant de troubles métaboliques, d'obésité et de vieillissement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !