•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour supérieure autorise la vente de Chantiers Davie à Upper Lakes

Chantiers Davie
Chantiers Davie
Radio-Canada

La Cour supérieure du Québec a tranché, jeudi matin, dans le dossier de la sauvegarde de Chantiers Davie, à Lévis.

Après avoir mis la cause en délibéré, le juge Étienne Parent a annoncé dans un jugement rendu au palais de justice de Québec que le tribunal autorisait la vente des actifs du chantier de Lévis au groupe ontarien Upper Lakes.

Ce dernier fait partie, avec la Sud-Coréenne Dae Woo et SNC-Lavalin, d'une coentreprise qui a entamé la semaine dernière des pourparlers en vue de faire l'acquisition de Chantiers Davie après l'échec des négociations avec la compagnie italienne Fincantieri.

Une échéance respectée in extremis

Rappelons que l'échéance qui avait été fixée par Ottawa pour répondre aux appels d'offres concernant des contrats navals de 35 milliards de dollars du gouvernement fédéral était à 14 h, jeudi.

Grâce à la vente de Chantiers Davie au groupe ontarien Upper Lakes, les deux chantiers ont été en mesure de déposer leur candidature dans l'espoir d'obtenir leur part des contrats navals d'Ottawa.

Un peu plus tôt avant 14 h, la documentation, les 2000 pages ont été transférées au niveau du fédéral pour être éligible pour ce contrat.

Clément Gignac, ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation

Deux chantiers canadiens vont se partager ces contrats navals. À l'heure actuelle, quatre chantiers se sont qualifiés. Il s'agit de ceux de Lévis, d'Halifax, de Vancouver, de St. Catharines, dont le groupe ontarien Upper Lakes est déjà propriétaire.

Le ministre Clément Gignac se réjouit de l'ententeLe ministre Clément Gignac se réjouit de l'entente.

Lors d'un point presse tenu jeudi après-midi à Lévis, le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, Clément Gignac, a déclaré que tous les atout sont maintenant réunis pour augmenter la productivité du chantier.

De son côté, Paul-André Brulotte, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon, est très heureux du dénouement.

« C'est sûr qu'avec la décision du juge Parent [...] la pression vient de baisser d'un bon cran si on peut dire, parce que si la décision avait été le contraire, c'était la faillite », indique M. Brulotte.

Chantiers Davie est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers depuis février 2010.

La valeur de ses actifs est évaluée à près de 28 millions de dollars. Une éventuelle reprise de ses activités pourrait permettre le rappel de quelque 1000 travailleurs.

Investissement Québec, qui participait aux pourparlers avec le groupe ontarien, a renoncé à recevoir des dividendes pour tenter de débloquer les négociations.

Assouplissements

Parallèlement au sauvetage de Chantiers Davie, les employés de l'entreprise lévisienne ont obtenu des assouplissements de la part des nouveaux propriétaires.

Rappelons que la convention collective des travailleurs du chantier de Lévis avait été négociée avec Fincantieri. Ils avaient d'ailleurs fait de nombreuses concessions à l'entreprise italienne.

Les travailleurs récupèrent, entre autres, la possibilité de prendre des congés sans solde, de façon limitée et encadrée. Ils récupèrent aussi le deuxième droit de rappel

Les employés de Chantiers Davie se prononceront sur ces assouplissements en assemblée générale, dimanche prochain.

Justice et faits divers