•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre la prière islamique dans une école de Toronto

Un musulman fait sa prière

Un musulman fait sa prière (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des groupes religieux manifesteront lundi prochain devant les bureaux du Conseil scolaire public anglais de Toronto pour protester contre les privilèges accordés à des musulmans.

Le Conseil permet aux élèves musulmans de l'école secondaire Valley Park de prier tous les vendredis dans la cafétéria de l'établissement, parce qu'ils y sont majoritaires.

Par ailleurs, de la viande halal est servie à la cafétéria de cette école publique.

Un groupe d'hindous avait soulevé la question dans les médias récemment, même si la pratique dure depuis plusieurs années dans cet établissement.

Mais le même groupe, qui organisera la manifestation lundi et à la rentrée, jouit maintenant de l'appui de deux églises protestantes, d'une ligue juive et du Parti de l'héritage chrétien.

Discrimination

Selon le directeur du Groupe canadien de défense des hindous, Ron Banerjee, les musulmans bénéficient d'arrangements discriminatoires.

« Aucun groupe religieux ne devrait avoir de privilèges dans une société laïque, à plus forte raison lorsque c'est aux dépens des autres communautés. »

— Une citation de  Ron Banerjee

Le groupe ajoute que les hindous ne peuvent manger aucune viande halal, parce que cette façon d'égorger l'animal est cruelle, selon leurs croyances religieuses. L'association demande à l'école d'offrir des menus végétariens.

Musulmans partagés

Même le Congrès musulman canadien questionne le choix de l'imam que les parents ont sélectionné pour diriger la prière du vendredi, en plus du fait que les garçons et les filles sont séparés durant le service.

Le président du Congrès, Sohail Raza, envisage de porter la cause devant les tribunaux, parce, selon lui, la religion devrait être séparée de l'État.

« Les accommodements raisonnables ne feront qu'attiser la haine entre différentes communautés. Ces musulmans n'ont aucun droit de demander la prière dans une école publique. »

— Une citation de  Sohail Raza

Le Conseil scolaire public anglais de Toronto répond qu'il en va de la sécurité des élèves, qui devaient auparavant traverser une artère achalandée pour aller à la mosquée. Par ailleurs, le Conseil scolaire indique que l'imam est payé par la communauté et non pas par l'école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !