•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones et le crime organisé

Autochtones

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En plus de Winnipeg, les activités du crime organisé se propagent de plus en plus dans les communautés de Premières Nations du Manitoba.

Depuis plusieurs années, de nombreux chefs autochtones demandent l'aide de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et de la province pour combattre l'infiltration du crime organisé dans leurs communautés.

Le Dr Mark Totten, sociologue spécialisé en prévention du crime, travaille en ce sens avec la GRC et avec d'anciens membres de gangs. Selon lui, il est avantageux pour le crime organisé d'utiliser des gangs autochtones pour faire entrer de la drogue dans les communautés amérindiennes.

« Si je suis membre d'un gang comme les Hells Angels et si je veux faire mon travail dans les réserves autochtones, je sais que beaucoup de jeunes vont coopérer parce qu'il n'y a pas d'autre source de revenus, dit-il. C'est donc très facile pour les organisations criminelles. »

Par ailleurs, il estime que l'environnement des prisons favorise les relations entre les gangs et le crime organisé, en plus d'augmenter le risque de recrutement.

Le chef de la communauté de Sagkeeng et porte-parole national sur la prévention des gangs, Donovan Fontaine, abonde dans le même sens. Il souligne que certains jeunes vont en prison pour des crimes mineurs et en ressortent couverts de tatouages d'appartenance.

Il explique que dans un contexte de misère et de survie, les gens se tournent souvent vers les lois de la rue. « Et dans les lois de la rue, les gangs et le crime organisé travaillent ensemble », dit-il.

Dans ce contexte, le Dr Totten croit donc que la prévention est le meilleur outil pour réduire le risque que les jeunes autochtones se rallient au crime organisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !