•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Syriens défient à nouveau le pouvoir

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de milliers de Syriens bravent à nouveau le régime du président Bachar Al-Assad, vendredi, en manifestant dans les rues de plusieurs villes du pays. Au moins 20 personnes ont été tuées par les forces de sécurité, selon des militants syriens des droits de la personne.

Cette photo mise en ligne par le groupe d'opposants ShamNews (SNN) montrerait la manifestation organisée à Hama vendredi. Associated Press ne peut vérifier l'authenticité de cette photo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette photo mise en ligne par le groupe d'opposants ShamNews montrerait la manifestation organisée à Hama vendredi.

Photo : AFP / Shaam News Network

Des manifestations sont signalées dans la capitale, Damas, ainsi qu'à Alep, Homs, Hama, Deraa et Deir Ezzor, et dans de plus petites villes, dont Raqqa, Amouda, Ain al-Arab.

Selon Rami Abdel Rahmane, de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, 500 000 personnes sont descendues dans les rues de Hama, qui est au coeur du mouvement de contestation depuis trois semaines, et il y en avaient pratiquement autant à Deir Ezzor.

« Il s'agit d'un développement important et d'un message aux autorités pour dire que les manifestations s'amplifient », affirme M. Rahmane.

Sur la page Facebook Syrian Revolution 2011, les militants des droits de la personne avaient invité les Syriens à protester en hommage aux « otages de la liberté », un terme faisant référence aux prisonniers politiques. Selon eux, 15 000 personnes sont détenues par le régime syrien.

Des témoins et des militants rapportent des morts à Damas, à Deraa et dans la province d'Idleb, dans le nord.

Selon l'agence officielle Sana, « des hommes armés ont tiré sur les forces de l'ordre et les citoyens dans les quartiers de Qaboune et de Roukn Eddine » à Damas.

Pas de liberté de presse

Les journalistes étrangers ne pouvant travailler librement en Syrie, il est impossible de vérifier les bilans fournis par les militants des droits de la personne.

Depuis quatre mois, les autorités syriennes attribuent les violences dans le pays de 20 millions de personnes à « des gangs terroristes armés ».

Les citoyens de Deraa ont été les premiers à se soulever contre le régime syrien, à la mi-mars. Cette opposition a engendré le plus important mouvement de contestation dirigé contre Bachar Al-Assad depuis qu'il a succédé à son père, en 2000.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !