Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa étudie les possibilités de remplacement du pont Champlain

Le pont Champlain
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement conservateur a publié mercredi une étude de préfaisabilité portant sur le remplacement de l'actuel pont Champlain qui relie Montréal à la Rive-Sud. Le document de 86 pages est parsemé de données techniques. Il suggère différentes solutions pour la construction d'un nouveau pont ou d'un tunnel.

Les différents coûts directs de construction

  • Pont monocaisson en béton - 830 millions de dollars
  • Pont composite acier-béton - 895 millions de dollars
  • Pont à ossature mixte - de 775 à 910 millions de dollars
  • Pont à ossature mixte avec piles en V - 910 millions de dollars
  • Pont à haubans - 910 millions de dollars
  • Tunnel sous fluvial entre batardeaux - 1,37 milliard de dollars
  • Tunnel sous fluvial avec caissons immergés - 1,54 milliard de dollars
  • Tunnel foré à deux tubes - 2,68 milliards de dollars
  • Tunnel foré à quatre tubes - 3,78 milliards de dollars

Sans donner d'évaluation précise, l'étude parle d'une « simulation pour l'option pont avec des dépenses d'immobilisation de 1,3 milliard de dollars ». Celle avec un tunnel donne « des dépenses d'immobilisation de 1,9 milliard de dollars ». De plus, les coûts de l'entretien et de l'exploitation seraient « deux fois plus importants » pour un tunnel que pour un pont.

Concernant l'option d'un tunnel, une analyse comparative fait ressortir « l'avantage de la solution du tunnel à faible profondeur construit entre batardeaux ». Cette méthode « présente beaucoup moins d'impact sur l'environnement. Cet impact peut de plus être minimisé de par la flexibilité du chantier par rapport aux périodes annuelles sensibles, ainsi que par les durées très réduites des travaux maritimes ».

L'étude révèle que « des dépenses annuelles progressant de 18 à 25 millions de dollars au cours des dix prochaines années seraient nécessaires afin de protéger la vie » du pont actuel. On y lit aussi que « les travaux d'entretien seront de plus en plus étendus et complexes et nécessiteront des fermetures de voies de plus en plus longues ».

Par ailleurs, le document rapporte « un manque de résistance sismique » de la structure actuelle, en raison de « la détérioration du tablier [qui] se traduit par une détérioration des semelles des poutres ».

Pour ce qui est de l'estacade actuelle, construite en 1965, son état permettrait le passage d'un train léger, malgré son « âge avancé ». Cette partie « n'a jamais servi comme pont et son niveau de dégradation est relativement faible comparé à l'état des ouvrages d'art de cet âge dans la région de Montréal ».

Long de six kilomètres, la démolition du pont Champlain coûterait 155 millions de dollars. Une telle opération s'échelonnerait sur une période de près de trois ans. Chaque année, 59,4 millions de véhicules circulent sur le pont Champlain, ce qui en fait le pont le plus achalandé au Canada.

Volte-face

Accusé par l'opposition de manquer de transparence dans le dossier du pont Champlain, le gouvernement conservateur a décidé finalement de rendre publics des rapports d'analyse.

Cette volte-face survient après le refus du ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, de rendre publiques les études réalisées sur l'état de la structure du pont Champlain.

Mardi, le ministre des Transports a expliqué qu'il conservait le contenu confidentiel de ces études pour éviter de semer l'émoi dans la population et que ce dossier ne devienne un enjeu politique. Il disait par ailleurs craindre que les rapports soient mal interprétés par des personnes qui ne sont pas des spécialistes.

Une déclaration qui a plutôt eu l'effet contraire et qui a attisé la curiosité et les craintes du public.

Plus tôt mercredi, l'opposition officielle à la Chambre des communes a accusé le gouvernement conservateur de cacher de l'information aux citoyens dans le dossier de la reconstruction du pont.

Selon le Nouveau Parti démocratique, le pont Champlain doit être carrément reconstruit à neuf, et ce, le plus rapidement possible afin que la nouvelle structure soit complétée avant que le pont actuel ne soit trop endommagé.

« Dans la conclusion du rapport [rapport antérieur réalisé pour la Société des Ponts] on dit que le pont est dans une condition qui requiert une vigilance extrême afin de le maintenir en service de façon sécuritaire et même pour une période relativement courte », a expliqué Hoang Mai, député néo-démocrate de Brossard-La Prairie, au réseau RDI, mercredi matin.

Le Parti libéral du Canada doit, quant à lui, se prononcer jeudi matin en conférence de presse sur l'attitude du gouvernement conservateur dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !