•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Japon : des tests de radioactivité seront menés sur un cheptel bovin

Des employés de Tepco pulvérisent de la résine sur le sol à proximité des bâtiments des réacteurs pour éviter la propagation de substances radioactives.

Des employés de Tepco pulvérisent de la résine sur le sol à proximité des bâtiments des réacteurs pour éviter la propagation de substances radioactives.

Photo : AFP / Tepco/Jiji Press

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités japonaises vont effectuer des tests de radioactivité sur l'ensemble d'un cheptel bovin près de la centrale nucléaire de Fukushima car des niveaux de radiation élevés ont été détectés sur de la viande provenant de cet élevage.

Selon les autorités, des traces de césium 137 trois à six fois supérieures à la normale ont été décelées sur de la viande de boeuf en provenance d'un élevage situé à Minami Soma, une localité à proximité de la centrale nucléaire endommagée lors du séisme et du tsunami du 11 mars dernier.

Les animaux auraient été contaminés en mangeant de la paille qui était restée à l'extérieur alors que d'importantes fumées radioactives s'échappaient de la centrale de Fukushima.

Des tests de radioactivité seront menés sur l'ensemble du cheptel, mais les autorités assurent qu'il n'y a pas de danger pour la consommation.

Le ministère de l'Agriculture a précisé que les tests ne concerneraient que les boeufs, car les poulets et les porcs de la région sont nourris avec des denrées importées.

Un premier ministre très impopulaire

Par ailleurs, le taux de popularité du premier ministre japonais Naoto Kan a chuté à 15 %, son plus bas niveau depuis que son parti de centre-gauche a pris le pouvoir en 2009, selon un sondage publié mardi.

L'enquête dit aussi que 31 % des Japonais exigent le départ immédiat de M. Kan, tandis que 39 % demandent qu'il démissionne d'ici à la fin août, lorsque la session parlementaire en cours s'achèvera.

Le premier ministre a été très critiqué pour sa gestion de l'après-séisme et de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Il est le cinquième premier ministre en cinq ans, depuis le départ en 2006 du très populaire Junichiro Koizumi, resté plus de cinq années en poste.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !