•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La génération Y reste plus longtemps chez ses parents

Des jeunes

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Mis à jour le 

Plus de la moitié des Canadiens dans la vingtaine demeurent toujours chez leurs parents, selon une étude de Statistique Canada.

L'étude indique en effet qu'en 2010, 51 % des jeunes de la génération Y (nés entre 1981 et 1990) vivaient encore chez leurs parents, comparativement à 31 % de leurs homologues de la génération X (nés de 1969 à 1978) au même âge.

Chez les derniers baby-boomers (nés de 1957 à 1966), 28 % d'entre eux vivaient toujours chez leurs parents lorsqu'ils étaient dans la vingtaine.

L'agence fédérale note aussi que les membres de la génération Y remettent également à plus tard la cohabitation avec un partenaire et la fondation d'une famille.

Ainsi, en 2010, 19 % des jeunes de 20 à 29 ans avaient des enfants, par rapport à 29 % des derniers baby-boomers (nés de 1957 à 1966) qui étaient du même groupe d'âge en 1986.

La proportion atteint 22 % chez les jeunes de la génération X.

Les temps changent

L'étude montre aussi que, de la génération du baby-boom à la génération Y, le taux de participation des femmes au travail rémunéré et aux tâches domestiques s'est peu à peu rapproché de celui des hommes.

Malgré cette diminution de l'écart, la participation des hommes au travail rémunéré demeure plus élevée que celle des femmes, et leur participation aux tâches domestiques, moins élevée.

Ainsi, chez les derniers baby-boomers de 20 à 29 ans, les hommes effectuaient en moyenne 1,4 heure de plus de travail rémunéré par jour que les femmes de cette génération. Au sein de la génération Y, cet écart avait baissé pour s'établir à 1,1 heure.

À l'âge de 20 à 29 ans, les femmes de la seconde vague du baby-boom consacraient 1,2 heure de plus par jour aux tâches domestiques que les hommes. Chez les membres de la génération Y du même groupe d'âge, la différence n'était que de 0,4 heure.

Selon Statistique Canada, ce changement est entièrement dû à la diminution du nombre d'heures consacrées par les femmes aux tâches domestiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

National