•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nuits d'Afrique, un quart de siècle de musique du monde à Montréal

Le Festival Nuits d'Afrique, à Montréal (archives)

Le Festival Nuits d'Afrique, à Montréal (archives)

Photo : Productions Nuits d'Afrique

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Festival Nuits d'Afrique fête ses 25 ans d'existence cette année. Et à l'occasion de cet anniversaire, le festival s'installe dans le Quartier des spectacles.

Après 15 ans sur la place Émilie-Gamelin, le village africain se transporte en plein coeur du centre-ville, au coin du boulevard de Maisonneuve et de la rue Saint-Urbain, avec son marché Tombouctou, ses ateliers et ses concerts gratuits.

Ce changement de site permettra d'augmenter la capacité d'accueil des spectateurs, la faisant passer de 10 000 à 25 000.

Mis à part cette nouveauté, le festival a peu changé depuis un quart de siècle. Sa durée est demeurée la même, deux semaines, tout comme son mandat, faire connaître les musiciens d'Afrique, des Antilles et d'Amérique latine.

« Il faut dire qu'il y a 25 ans, le marché de musique du monde était vierge, tout était à faire. Il n'y avait pas de disques, pas de sections musique du monde dans les magasins de disque », a souligné la directrice générale de Nuits d'Afrique, Suzanne Rousseau.

Le grand saxophoniste Manu Dibango parrainera cette édition du festival. Le musicien originaire du Cameroun donnera le spectacle d'ouverture officielle du festival, le mercredi 13 juillet à 20 h 30, au Metropolis.

Parmi les événements extérieurs très attendus, on notera la présence de la chanteuse malienne Oumou Sangaré, le 22 juillet sur la place des Festivals, et le groupe antillais Kassav en clôture du festival, le 24 juillet.

La 25e édition des Nuits d'Afrique aura lieu du 12 au 24 juillet, au Quartier des spectacles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !