•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Adhésion d'un État palestinien à l'ONU : Abbas ira de l'avant

Le président Mahmoud Abbas, en compagnie de son négociateur Saeb Erakat, lors d’une rencontre avec des activistes israéliens pour la paix, le 28 avril, à Ramallah. Abbas dit souhaiter que la paix entre le Fatah et le Hamas aide la promotion des négociations avec Israël.

Le président Mahmoud Abbas, en compagnie de son négociateur Saeb Erakat, lors d’une rencontre avec des activistes israéliens pour la paix, le 28 avril, à Ramallah. Abbas dit souhaiter que la paix entre le Fatah et le Hamas aide la promotion des négociations avec Israël.

Photo : AFP / Abbas Momani

Radio-Canada

La communauté internationale n'a plus d'autre choix que de soutenir la demande d'adhésion d'un État palestinien à l'Organisation des Nations unies (ONU), ont déclaré mardi le président de la Palestine Mahmoud Abbas et son négociateur, Saëb Erakat.

« Nous irons à l'ONU et nous espérons que les États-Unis n'utiliseront pas leur veto, mais que nous irons avec leur accord », a déclaré M. Abbas, cité par l'Agence France-Presse.

Ce souhait survient au lendemain de l'échec de la réunion du Quartette pour le Proche-Orient, à Washington, qui s'est terminée sans déclaration finale.

Le Quartette pour la paix au Proche-Orient est composé des États-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et de l'Organisation des Nations unies (ONU).

« Nous espérions la publication d'une déclaration du Quartette, mais l'absence de déclaration est un signe de division entre ses membres », soutient Mahmoud Abbas.

Le choix fondamental des Palestiniens reste les négociations « si la colonisation s'arrête et si Israël accepte les lignes de 1967 comme base de référence des négociations », a mentionné le dirigeant palestinien.

Israël-Palestine, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.

Faute de reprise des pourparlers de paix, la dernière option qui s'offre aux Palestiniens consiste à se rendre devant les Nations unies.

Ils ont déjà annoncé leur volonté de faire reconnaître la création de leur État lors de la prochaine Assemblée générale de l'ONU, qui s'amorcera à la mi-septembre, à New York. Israël et les États-Unis contestent cette initiative, tandis que les Européens sont partagés.

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, assure que l'absence de déclaration du Quartette « ne signifie pas que nous avons abandonné nos efforts » et « que nous sommes en désaccord ». « Nos experts continuent de travailler », dit-il.

Il ajoute que tous souhaitent que les Palestiniens et les Israéliens retournent à la table des négociations.

Avec les informations de Agence France-Presse

International