•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande-Bretagne : le News of the World emporté par le scandale qu'il a créé

Radio-Canada

Le tabloïd News of the World, le plus important journal à potins de Grande-Bretagne, aura finalement été emporté par le gigantesque scandale des écoutes téléphoniques dont il est à l'origine.

Les locaux du News of the World, à Londres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les locaux du News of the World, à Londres.

Photo : La Presse canadienne / AP/Matt Dunham

« Le News of the World fermera après publication d'un dernier numéro ce week-end », a déclaré jeudi dans un communiqué James Murdoch, président de News International, la branche britannique du groupe News Corp du magnat de la presse Rupert Murdoch.

Le tabloïd, qui tirait à 2,8 millions d'exemplaires le dimanche, apparaissait sérieusement ébranlé par le scandale. De nombreux annonceurs de premier plan, dont les constructeurs automobiles Ford et Vauxhall, le voyagiste Virgin Holidays et la banque Halifax, ont déjà annoncé qu'ils n'achèteront plus de publicités dans le journal.

News International est aussi propriétaire du quotidien The Sun, également spécialisé dans le potinage, et du quotidien The Times, plutôt associé à la presse de qualité.

Nouvelles révélations troublantes

Le PDG de News Corporation, Rupert MurdocAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le PDG de News Corporation, Rupert Murdoch (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Mark Lennihan

Le scandale des écoutes téléphoniques du tabloïd The News of the World n'en finit plus de prendre de l'ampleur en Grande-Bretagne.

Le Daily Telegraph affirme dans son édition de jeudi que le journal a piraté les messageries de familles de soldats tués en Irak et en Afghanistan.

Selon le Telegraph, des numéros de téléphone appartenant à des soldats tués en mission à l'étranger ont été retrouvés dans les dossiers du détective Glenn Mulcaire, l'homme qui effectuait les écoutes électroniques pour le compte du News of the World.

« Si ces allégations sont exactes, nous sommes totalement consternés et horrifiés », a déclaré par voie de communiqué News International. L'entreprise indique qu'elle appellera le ministère de la Défense pour tirer les choses au clair.

« Si c'est vrai, c'est écoeurant », a déclaré sur la BBC Rose Gentle, la mère d'un soldat tué en Irak. « C'est un nouveau cauchemar; c'est comme si on frappait à votre porte pour vous annoncer encore une mauvaise nouvelle ».

L'ancien chef d'État major de l'armée britannique, Richard Dannatt, s'est déclaré « abasourdi » par cette nouvelle, tandis que l'ex-commandant des forces britanniques en Afghanistan Richard Kemp affirme être « resté muet de colère ».

Un scandale aux conséquences multiples

L'ex-directeur de la rédaction du News of the World et ex-directeur des communications de David Cameron, Andy Coulson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-directeur de la rédaction du News of the World et ex-directeur des communications de David Cameron, Andy Coulson.

Photo : La Presse canadienne / AP/Oli Scarff/Pool

Ces révélations s'ajoutent aux plus récents rebondissements dans cette affaire, qui éclabousse non seulement le quotidien et Rupert Murdoch, mais aussi la police et le premier ministre conservateur David Cameron.

Plus tôt cette semaine, il a été révélé que ces écoutes téléphoniques ne concernaient pas uniquement des personnalités du monde du spectacle et du sport ou des politiciens, mais aussi les familles de personnes tuées dans les attentats du 7 juillet 2005, qui ont fait 52 morts à Londres.

Mulcaire, qui a déjà purgé quatre mois de prison relativement à cette affaire, aurait aussi piraté le portable d'une écolière assassinée par un videur de boîte de nuit en 2002.

Il serait allé jusqu'à effacer des messages pour faire de la place dans la boîte vocale, donnant le faux espoir aux parents et enquêteurs que la fillette était encore en vie.

Le News of the World a aussi remis récemment à Scotland Yard des courriels prouvant qu'il avait payé quelques policiers-informateurs entre 2003 et 2007, date à laquelle Andy Coulson dirigeait la rédaction.

En 2009, le quotidien The Guardian avait avancé que 3000 personnes avaient fait l'objet d'une écoute électronique de la part du News of the World.

David Cameron dans la tourmente

Le premier ministre britannique David Cameron, quittant sa résidence officielle mercredi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre britannique David Cameron, quittant sa résidence officielle mercredi.

Photo : La Presse canadienne / AP/Stefan Rousseau

Après son séjour au News of the World, Coulson, qui a toujours démenti être au courant de ces affaires, a été embauché à titre de directeur des communications par le premier ministre Cameron.

Il a démissionné en janvier dernier après avoir été interrogé par la police dans le cadre du scandale. Cette affaire soulève des doutes quant au jugement de M. Cameron.

Mercredi, le premier ministre s'est prononcé « en faveur d'enquêtes » sur « l'éthique journalistique », tout en souhaitant que la priorité absolue soit donnée à « l'enquête de police de grande ampleur en cours ».

Selon la presse britannique, les termes de l'enquête à venir font l'objet de difficiles tractations avec le chef libéral-démocrate, Nick Clegg, son partenaire au sein du gouvernement.

Le chef du Parti travailliste, Ed Milliband, dénonce pour sa part « le plus grand scandale de presse des temps modernes » et demande au premier ministre de créer une commission d'enquête. Il accuse en outre le Parti conservateur d'être complaisant à l'égard de NewsCorp.

Les plus récentes révélations dans le cadre de ce scandale surviennent en effet au moment où M. Murdoch cherche à devenir propriétaire majoritaire de BSkyB, le plus important opérateur de télévision par satellite du pays. Cette possibilité soulève des craintes relatives à la concentration de la presse.

Le premier ministre Cameron, qui a bénéficié du soutien des journaux de Rupert Murdoch lors de sa campagne électorale, assurait encore récemment que la décision du gouvernement n'allait pas être influencée par le scandale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International