•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une foule record pour le défilé de la Fierté gaie de Toronto

Défilé de la Fierté gaie à Toronto
Radio-Canada

Plus d'un million de personnes ont envahi les rues du centre-ville de Toronto, dimanche, pour le défilé de la Fierté gaie.

La foule était en liesse lorsque les chars colorés, dont plusieurs étaient couverts de ballons et projetaient de la musique de Lady Gaga, ont défilé le long de la rue Yonge, sous un soleil de plomb.

Les gens se pressaient aux barrières pour regarder les danseurs torse nu, une fanfare et des « drag queens » dansant au son de la musique.

Des policiers ont également défilé, à bord d'une voiture de patrouille affichant un drapeau aux couleurs de l'arc-en-ciel, le symbole des droits des homosexuels.

Comme lors de plusieurs éditions précédentes, des membres du groupe de motocyclistes lesbiennes Dykes on bikes ont mené le défilé en faisant vrombir les moteurs de leurs véhicules.

Un absent de taille

Le maire de Toronto, Rob Ford, n'a pas participé pas au défilé. Il a ainsi brisé la tradition en cours depuis 16 ans, puisque les trois derniers maires de la métropole avaient tous pris part à l'événement. L'équipe du maire a laissé savoir que Rob Ford ne serait pas à Toronto pour le défilé puisqu'il est parti à son chalet avec sa famille pour la fin de semaine.

Selon plusieurs Torontois, cependant, le maire a d'autres motifs pour ne pas participer au défilé. Certains l'accusent d'être mal à l'aise par rapport à l'événement, alors que d'autres le taxent d'homophobie.

M. Ford a déjà été accusé d'être homophobe par le passé, notamment à cause de propos qu'il a tenus sur le sida, et de son intention de sabrer le financement d'événements culturels, comme le défilé de la fierté gaie.

Samedi, toujours sur la scène municipale, le conseiller Giorgio Mammoliti a demandé que la Ville cesse de subventionner la Fierté gaie. M. Mammoliti affirme avoir filmé un groupe qu'il qualifie d'anti-israélien, Queers Against Israeli Apartheid, qui participait aux festivités. Le conseiller avait demandé plus tôt aux organisateurs de la Fierté de bannir le groupe, et les avaient menacés de faire en sorte que la Ville retire sa contribution de 130 000 $ à l'événement.

Les organisateurs disent qu'ils n'ont pas vu le groupe lors des célébrations gaies.

Le défilé de la Fierté gaie de Toronto est le plus important en Amérique du Nord et le troisième dans le monde.

La 31e édition de la semaine de la Fierté gaie, qui prend fin dimanche, devrait générer plus de 100 millions de dollars pour l'économie locale.

Des conférenciers islamiques homophobes à quelques coins de rue

À proximité de là où milliers de festivaliers célébraient la diversité sexuelle, un rassemblement d'un tout autre genre a lieu. Il s'agit des « Journées de la foi », une importante conférence islamique à laquelle doivent notamment prendre part deux conférenciers qui soutiennent que les hommes gais devaient être tués, et les lesbiennes fouettées.

Les organisateurs de la conférence affirment que les participants aux « Journées de la foi » ont droit à la liberté de parole. Ils assurent aussi que les deux conférenciers controversés, Bilal Philips et Abdur Raheem Green, ne sont pas censés parler d'homosexualité lors de leurs allocutions.

Avec les informations de La Presse canadienne

Société