•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grèce pourrait obtenir l'aide de 12 milliards d'euros dès samedi

Des Grecs marchant devant la Banque centrale à Athènes (archives).

Des Grecs marchant devant la Banque centrale à Athènes (archives).

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Thanassis Stavrakis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un accord de principe a été trouvé pour verser dès samedi la prochaine tranche de 12 milliards d'euros destinés à la Grèce, dans le cadre du premier plan de sauvetage décidé l'an dernier, ont indiqué vendredi des diplomates européens.

L'adoption du plan d'austérité cette semaine par le parlement, condition préalable au versement, permettra d'éviter dans l'immédiat une faillite d'Athènes dont les conséquences seraient graves pour la zone euro.

La décision formelle sera prise samedi par les ministres des Finances de la zone euro lors d'une conférence téléphonique, a fait savoir Jean-Claude Juncker, le président de l'Eurogroupe. Cette conférence remplacera une réunion prévue initialement dimanche.

La part européenne de la tranche représente 8,7 milliards d'euros de prêts. Le Fonds monétaire international (FMI), qui doit rajouter 3,3 milliards, a également estimé jeudi pouvoir les débloquer « bientôt ».

Sans ces 12 milliards, la Grèce risquait de se retrouver en défaut de paiement courant vers la mi-juillet, en raison de son énorme dette.

Dans ce contexte, une source au ministère grec des Finances a jugé « positif » le fait que la procédure « ait été accélérée ».

Plan d'austérité

La Grèce a en effet rempli la condition posée par ses bailleurs de fonds: son Parlement a entériné mercredi et jeudi le programme d'austérité qu'ils exigeaient, prévoyant 28,4 milliards d'euros d'économies supplémentaires d'ici 2015 et une série de privatisations censées rapporter 50 milliards.

Toutefois, contrairement à ce qu'espéraient certains responsables, il n'y aura pas de décision cette fin de semaine sur un deuxième plan de sauvetage d'une centaine de milliards d'euros supplémentaires, censé assurer le financement d'Athènes à plus long terme.

Il faudra attendre une autre réunion, prévue de longue date pour le 11 juillet.

De grosses incertitudes subsistent sur le deuxième plan de sauvetage, même si des avancées semblent se faire sur l'un des points les plus controversés, la participation des banques et autres créanciers privés de la Grèce au plan de sauvetage.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !