•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre vendredi sanglant en Syrie

Image tirée d'une vidéo publiée sur YouTube, montrant des manifestants à Kafr Nabel, dans le nord-ouest de la Syrie, le 1er juillet 2011.

Image tirée d'une vidéo publiée sur YouTube, montrant des manifestants à Kafr Nabel, dans le nord-ouest de la Syrie, le 1er juillet 2011.

Photo : AFP / YouTube

Radio-Canada

La répression des manifestations contre le régime de Damas a fait au moins 17 morts vendredi à travers le pays, dont 6 à Homs, selon plusieurs témoignages de militants des droits de l'homme.

L'agence Reuters rapporte que des blindés ont été déployés au centre-ville et des militaires ont ouvert le feu sur la foule.

« Dégage », Al-Assad!

Des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs villes du pays, à la suite de la prière du vendredi, rapportent des témoins et des militants.

À Hama, dans le nord, notamment, plus de 200 000 manifestants se sont rassemblés sur la place Al-Assi, a indiqué par téléphone un manifestant à l'Agence France-Presse.

Le président de la Ligue syrienne des droits de l'Homme, Abdel-Karim Rihaoui, fait état de plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Deir Ezzora, dans l'est du pays.

Des manifestations ont également eu lieu dans la capitale, Damas, et près de la frontière libanaise.

Une vidéo publiée sur YouTube montre une foule de milliers de Kurdes dans la ville d'Amouda, dans le nord-ouest du pays.

L'authenticité de cette vidéo ne peut toutefois pas être vérifiée de source indépendante, pas plus que la véracité des informations concernant les manifestations, puisque le régime ne permet pas aux journalistes de travailler librement dans le pays.

Les associations syriennes de défense des droits de la personne estiment toutefois que plus de 1400 personnes ont été tuées dans le mouvement de protestation sans précédent que doit affronter le régime du président Bachar al-Assad depuis la mi-mars. Damas conteste ce bilan.

« Le temps presse », dit Clinton

Par ailleurs, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a condamné les nouvelles violences qui ont eu lieu à Alep la veille, dénonçant des attaques « au couteau » contre les manifestants, en marge d'une réunion de la Communauté des démocraties. « Le temps presse pour le gouvernement syrien », a-t-elle déclaré.

Elle a dénoncé l'incohérence de Damas qui, dit-elle, avait autorisé les opposants à se réunir avant de les réprimer durement.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International