•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec confirme le gel des embauches dans la fonction publique

Michelle Courchesne, la ministre responsable du Conseil du Trésor.

Michelle Courchesne, lors de la présentation du plan réduction du déficit budgétaire.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jusqu'au 31 mars 2012, les ministères et organismes publics du Québec ne pourront procéder à aucun recrutement. Le Conseil du Trésor a confirmé jeudi qu'il avait décrété la semaine dernière un gel des embauches dans la fonction publique.

Une décision prise pour atteindre les objectifs de réduction du déficit budgétaire fixés par le gouvernement de Jean Charest.

Au cabinet de la présidente du Conseil du Trésor, la ministre Michelle Courchesne, on ne précise pas le montant des économies qui seront réalisées grâce à cette mesure. Celle-ci s'inscrit dans le cadre de l'objectif global de réduire les dépenses de l'État de 7 milliards de dollars d'ici quatre ans, afin d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

Le syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), qui regroupe 45 000 membres à travers la province, a aussitôt déploré cette mesure adoptée, selon lui, « en catimini ». « Cette décision drastique [...] aura de graves répercussions sur les services publics », considère le syndicat, qui souligne que le non-remplacement d'une personne sur deux quittant son emploi pour prendre sa retraite a « déjà grandement hypothéqué le renouvellement des effectifs dans la fonction publique ces dernières années ».

Quand le gouvernement limite ses effectifs, il limite également son pouvoir d'action. Ce sont les citoyens qui en paient le plus lourd tribut.

Christian Daigle, vice-président du SFPQ

« Chaque fois qu'une organisation perd une agente de bureau, un préposé aux renseignements ou une agente d'indemnisation, c'est le service aux citoyens qui s'en ressent », regrette Christian Daigle. Selon le vice-président du SFPQ, les Québécois doivent alors « en faire plus, souvent par l'entremise des portails Internet et attendre davantage pour le traitement de leur dossier », souligne-t-il, craignant notamment une diminution des services de proximité en région.

Des embauches au compte-goutte

Le Conseil du Trésor explique qu'il y aura quelques embauches, mais que celles-ci seront approuvées, au cas par cas, par la ministre Courchesne.

L'attachée de presse de la ministre, Isabelle Mercille, explique que des besoins ponctuels, comme par exemple l'ajout d'inspecteurs de garderies au ministère de la Famille, pourraient entraîner de telles embauches.

Mme Mercille assure que la politique de remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, instaurée en 2004-2005, n'a pas changé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !