•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cégeps de Montréal : des centaines d'élèves refusés faute de place

cegep-ecole-classe

Photo : IStock

Radio-Canada

Près de 900 finissants du secondaire qui étaient admissibles au cégep en septembre prochain n'ont pas été acceptés, faute de place dans les établissements de Montréal.

En 2010, les demandes d'admission dans les cégeps de la métropole ont augmenté de 5 %, un bond important et inattendu suivi d'une hausse de 2 % en 2011.

Les cégeps sont incapables de répondre à l'accroissement de la demande si bien que de jeunes diplômés du secondaire qui veulent poursuivre leurs études ne trouvent aucun établissement pour les accueillir.

« Dans certains cas, les dossiers sont relativement faibles et, même s'ils sont admissibles, les collèges ne les prennent pas, mais il y a aussi - on ne le nie pas - des problèmes de places disponibles sur l'île. Il y en a. Les collèges sont passablement tous à pleine capacité sur l'île de Montréal », explique Gaétan Faucher, directeur général du Service régional d'admission du Montréal métropolitain (SRAM).

Depuis quelques années, le nombre d'étudiants admissibles qui ne trouvent pas de place dans les cégeps montréalais varie entre 700 et 900. À la demande de la Fédération des cégeps, le ministère de l'Éducation vient donc d'accorder du financement supplémentaire aux cégeps de Montréal.

« Il y a des ententes qui sont intervenues sur des sommes additionnelles qui vont être consenties aux collèges pour soit des locations d'espaces, soit des réaménagements internes. Ça peut être aussi des locations de roulottes temporaires, le temps que la situation se stabilise », explique le PDG de la fédération, Jean Beauchesne.

Ces mesures devraient permettre d'ajouter 500 places, mais il est peut-être trop tard pour le fils de Lucie Leblanc, dont la demande d'admission a été refusée, à son grand désarroi.

« Je trouve inacceptable qu'un jeune homme de 17 ans qui veut aller à l'école ne puisse pas y aller par manque de place », se désole-t-elle.

D'après un reportage de Caroline Jarry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Éducation