•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie atomique du Canada est vendue à SNC-Lavalin

Réacteur nucléaire de Chalk River
Réacteur nucléaire de Chalk River appartenant à EACL
Radio-Canada

Le gouvernement canadien a confirmé la vente de la société d'État Énergie atomique du Canada (EACL) à la firme québécoise SNC-Lavalin, pour la somme de 15 millions de dollars.

EACL conservera ses passifs antérieurs et recevra des redevances sur des projets de nouvelle construction et de prolongement de la vie utile.

« Cette acquisition nécessitera les efforts concertés et coordonnés de toutes les parties prenantes, qui devront travailler ensemble. Nous nous efforcerons d'en faire une réussite, tant pour les gens qui l'ont forgée que pour nos actionnaires », a déclaré Patrick Lamarre, vice-président directeur d'Énergie mondiale à SNC-Lavalin.

Cette acquisition devrait se conclure au début de l'automne 2011, sous réserve du respect de certaines conditions, dont la conformité à la Loi sur la concurrence et l'obtention de certaines approbations administratives.

SNC-Lavalin (TSX:SNC) était la seule entreprise intéressée à reprendre ÉACL aux conditions imposées par le gouvernement fédéral.

En mai 2009, le gouvernement canadien avait annoncé son intention de restructurer Énergie atomique du Canada et d'en privatiser une partie, disant vouloir ainsi augmenter les ventes de réacteurs nucléaires CANDU et limiter ses pertes.

La société d'État a reçu des milliards de dollars d'aide gouvernementale, en plus de subir d'importants dépassements de coûts pour plusieurs projets au cours des dernières années.

Énergie atomique du Canada fournit des technologies et des services nucléaires à des compagnies d'électricité du monde entier.

SNC-Lavalin, fondée en 1911, est l'un des plus grands groupes d'ingénierie et de construction au monde, et un acteur majeur en matière de propriété d'infrastructures et de services d'exploitation et d'entretien. L'entreprise possède des bureaux dans plus de 35 autres pays, et travaille actuellement dans une centaine de pays.

Avec les informations de La Presse canadienne

Économie