•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à l'école en français : l'Ontario admet des lacunes

Leona Dombrowsky

La ministre de l'Éducation Leona Dombrowsky

Radio-Canada

La ministre de l'éducation, Leona Dombrowsky reconnaît que des changements s'imposent pour faciliter l'ouverture d'écoles francophones dans la province.

Le Commissaire aux services en français de l'Ontario presse le gouvernement de modifier la loi qui régit le transfert de terrains et de propriétés entre les conseils scolaires.

Au terme d'une enquête de 6 mois, François Boileau conclut qu'il est souvent difficile pour les conseils scolaires francophones de trouver un terrain ou des locaux vacants pour une nouvelle école.

Des écoles surpeuplées

Pendant que des conseils francophones sont surpeuplées, les conseils anglais, eux, ont des installations sous-utilisées.

Ils hésitent ou tardent cependant à s'en départir; souvent pour faire monter les enchères en ce qui concerne le prix de vente d'un site.

Le Commissaire aux services en français de l'Ontario regrette que des élèves francophones soient obligés de parcourir de longues distances pour se rendre à l'école.

François Boileau a reçu plus de 70 plaintes à ce sujet.

Il demande que le ministère de l'Éducation dispose de pouvoirs accrus, de manière à contraindre, au besoin, les conseils anglophones à vendre aux francophones des propriétés et des terrains dont ils ne se servent plus.

Prendre son mal en patience

La ministre Leona Dombrowsky répond que des efforts ont déjà été faits pour atténuer le problème du manque d'espace des écoles francophones, particulièrement criant à Toronto.

Leona Dombrowsky relève que le gouvernement va investir 95 millions de dollars pour la construction et la rénovation d'écoles francophones dans la province.

Les changements législatifs s'annoncent cependant complexes et ne seront pas envisagés avant le retour des députés à Queen's Park.

En attendant, le Commissaire aux services en français, François Boileau incite les conseils catholiques et publics francophones à collaborer davantage afin de mieux utiliser leurs ressources.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éducation

Société