•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès aux soins urgents se dégrade au Canada

hopital
Radio-Canada

Malgré l'augmentation du nombre de médecins au Canada, les patients qui se présentent aux urgences du pays doivent attendre plus longtemps avant d'obtenir une consultation médicale.

Selon les résultats du dernier Sondage national des médecins (SNM) publié lundi, seuls 47 % des patients ayant eu besoin de soins urgents ont pu voir un médecin en moins de 24 heures. Ce nombre représente 61 % des patients qui nécessitaient l'intervention d'un omnipraticien et 32 % des patients qui devaient voir un autre spécialiste.

Les chiffres des deux groupes sont inférieurs à ceux de 2007, qui s'élevaient respectivement à 65 % et 37 %.

La Saskatchewan championne, le Québec à la traîne

C'est en Saskatchewan qu'on enregistre une meilleure prise en charge des cas urgents. La province affiche un résultat nettement supérieur à la moyenne nationale, une consultation y étant obtenue en moins de 24 heures dans 59 % des cas, comparativement à 39 % au Québec, la province qui figure en dernière position.

En ce qui concerne les soins non urgents, les patients doivent attendre en moyenne 3 semaines pour rencontrer un omnipraticien et 12 semaines pour voir un spécialiste.

Encore une fois, la Saskatchewan arrive en tête de peloton, au côté cette fois de la Colombie-Britannique. Dans ces deux provinces, 38 % des personnes qui veulent voir un médecin pour des soins non urgents y arrivent en l'espace d'une semaine, contre 11 % au Québec, à la traîne.

Les médecins attribuent ce temps d'attente plus long notamment à l'augmentation du temps qu'ils doivent consacrer à la gestion des dossiers, aux appels téléphoniques et aux tâches administratives, ainsi qu'au vieillissement de la population et à l'augmentation des maladies chroniques.

« Les exigences de plus en plus lourdes imposées au temps des médecins créent des problèmes d'accès sur lesquels il faut se pencher », estime le Dr Robert Boulay, président du Collège des médecins du Canada.

« Les médecins d'un bout à l'autre du Canada sont confrontés aux besoins en soins de santé des baby-boomers vieillissants », ajoute-t-il.

L'Ontario est la province où les médecins se plaignent le plus de l'augmentation de la paperasse bureaucratique.

Le sondage a été mené auprès de 18 000 médecins.

Société