•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël entend neutraliser la flottille internationale à destination de Gaza

Un enfant de Gaza au poste frontalier de Rafah

Un enfant de Gaza au poste frontalier de Rafah

Photo : AFP / SAID KHATIB

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Israël se dit « déterminé » à intercepter la flottille internationale qui entamera dans quelques jours un périple vers la bande de Gaza afin de briser le blocus imposé par l'État hébreu.

« Israël a le droit à l'autodéfense », a prévenu l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Ron Prosor. « La flottille ne présente rien de constructif », relève de la « provocation et n'a rien à voir avec une aide humanitaire », a-t-il soutenu, estimant qu'elle s'inscrivait « clairement dans une démarche politique ».

Les Israéliens ont averti qu'ils feraient tout pour neutraliser la flottille. L'armée israélienne dit avoir mis au point de nouvelles tactiques pour éviter de renouveler le drame survenu avec une flottille parrainée par une ONG turque, en mai 2010.

L'arraisonnement mené par un commando israélien s'était soldé par la mort de neuf militants propalestiniens, et 45 autres avaient été blessés. L'opération avait entraîné une vague de protestations au sein de la communauté internationale.

La « Flottille de la liberté II » est composée de 11 navires, dont le bateau canadien Tahrir. Ceux-ci doivent appareiller de Grèce la semaine prochaine pour transporter de l'aide humanitaire à Gaza. Un des responsables de l'organisation grecque a indiqué que certains bateaux appareilleraient de divers ports grecs et que d'autres traverseraient les eaux grecques de façon à ce que tous les navires puissent se rencontrer au large.

Chypre interdit tout appareillage pour Gaza

Manon Massé, de Québec solidaire, sera à bord du TahrirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Manon Massé, de Québec Solidaire sera à bord du Tahrir

Les autorités chypriotes ont de leur côté interdit tous les appareillages de navires vers la bande de Gaza. L'interdiction concerne les navires chypriotes et étrangers, a précisé jeudi le ministère des Transports.

Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des affaires politiques, a pour sa part réitéré devant le Conseil de sécurité l'opposition de l'organisation à toute flottille tentant de forcer le blocus israélien de Gaza. « L'assistance à la population de Gaza doit être livrée par les canaux officiels », a-t-il soutenu.

« Le secrétaire général Ban Ki-moon a demandé et écrit une lettre aux gouvernements concernés pour qu'ils usent de leur influence afin de décourager les flottilles qui représentent un potentiel d'escalade dangereuse », a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont d'ailleurs mis en garde leurs ressortissants contre toute velléité de prendre part à l'opération. Le Canada a lui aussi tenté de décourager les militants à y participer, leur demandant de faire parvenir leur aide par l'entremise d'organismes établis, comme la Croix-Rouge. Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a même qualifié l'initiative d'« action provocatrice ».

Au total, 35 Canadiens seront du voyage, dont cinq Québécois.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !