•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elizabeth May dénonce des coupes à Environnement Canada

La chef du Parti vert, Elizabeth May, a participé à une manifestation à Ottawa dans le cadre de la Journée nationale pour une réforme électorale.
La chef du Parti vert, Elizabeth May, a participé à une manifestation à Ottawa dans le cadre de la Journée nationale pour une réforme électorale.
Radio-Canada

La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, affirme que le gouvernement Harper diminue sa capacité à faire face aux changements climatiques en supprimant d'importants postes de chercheurs à Environnement Canada.

Mme May a déclaré mercredi qu'elle avait reçu des courriels d'employés contractuels et de leurs collègues d'Environnement Canada, qui soutiennent que leur travail sur l'adaptation aux changements climatiques sera miné par les coupes du gouvernement Harper.

La chef du Parti vert a affirmé que 46 employés contractuels avaient été avertis que leur contrat ne serait pas renouvelé. Selon Mme May, la majorité d'entre eux font de la recherche sur les changements climatiques, en particulier pour établir la manière dont le Canada doit se préparer pour faire face aux conséquences du réchauffement de la planète.

Elle a demandé au ministre de l'Environnement, Peter Kent, d'annuler sa décision et d'agir de manière transparente, afin que le public comprenne quels types d'emplois sont affectés par ses décisions.

M. Kent a déclaré à La Presse Canadienne que les employés contractuels avaient été remerciés au terme d'un examen des programmes, et qu'aucun secteur particulier n'avait été ciblé.

Interviewé en marge d'une rencontre sur l'environnement qui avait lieu mercredi à Montréal, le ministre a expliqué qu'en temps normal tout comme en période de compressions budgétaires, divers programmes ou portions de programmes assurées par des employés contractuels doivent être réévalués.

« Dans ces cas-là, et selon les modalités des contrats, les employés ont été avertis que leurs contrats ne seraient pas renouvelés et qu'il y aurait cessation des contrats à court terme », a déclaré M. Kent, avant d'ajouter que ces décisions n'auraient pas d'impact sur les activités des ministères.

« Ces postes de contractuels permettaient d'apporter un soutien supplémentaire à des programmes qui étaient associés à des efforts dans différents domaines. Il n'y aura donc pas d'impact négatif net dans une section du ministère ou une autre. »

La porte-parole du ministre Kent, Melissa Lantsman, a ajouté que des emplois dans divers domaines, et pas seulement dans le secteur des changements climatiques, seraient affectés. Tous les emplois temporaires ou à contrat, a-t-elle poursuivi, seront réévalués d'ici deux ans.

« Aucun secteur scientifique essentiel au mandat d'Environnement Canada n'est à risque », a assuré Mme Lantsman.

Selon Elizabeth May, toutefois, les compressions cachent plus que le simple désir de resserrer les dépenses gouvernementales.

Elle a souligné que ces coupes arrivaient tout juste après les réductions d'effectifs au Conseil national de recherches du Canada et les coupes dans le financement fédéral destiné à la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l'atmosphère.

La Presse Canadienne

Politique