•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les documents de nitrate dorénavant protégés

Les documents anciens sur support de nitrate sont conservés dans un nouvel endroit à Ottawa.
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bibliothèque et Archives Canada a officiellement inauguré son nouveau centre de préservation de pellicules de nitrate, un matériau qui n'est plus supporté depuis le milieu du siècle dernier.

Les installations à la fine pointe de la technologie renferment 600 000 négatifs de photos et plus de 5500 films tournés entre les années 1889 et 1950.

Selon le bibliothécaire et archiviste du Canada, Daniel Caron, il s'agit d'une collection diversifiée représentant certains des moments les plus marquants de l'histoire du Canada. Les documents, qui proviennent du gouvernement, dont le ministère de la Défense, et de donateurs privés, étaient entreposés jusqu'à tout récemment dans un vieux bâtiment, construit en 1947, sur l'ancienne base aérienne de Rockliffe.

Du matériel très inflammable

Les documents sur support de nitrate, un matériau plastique, présentent un risque élevé de combustion spontanée à des températures d'à peine 41 degrés Celcius. Lorsque le nitrate s'enflamme, il n'y a aucun moyen d'arrêter le feu, car la combustion du nitrate libère l'oxygène auquel le matériau est lié chimiquement.

Toutes ces archives sont dorénavant conservées dans des voûtes à une température de 2 degrés Celcius.

Le nouveau centre de préservation des films nitrate a été construit au coût de 14,7 millions de dollars et est situé sur le campus du Centre de recherche sur les communications d'Industrie Canada, près de la baie Shirley, à Ottawa.

Le public canadien aura éventuellement accès à ce matériel, puisqu'il pourra être numérisé sur demande.

Parmi les documents préservés à la nouvelle installation, on trouve l'un des premiers longs métrages canadiens, Back to God's Country, ainsi que des oeuvres produites par l'Office national du film du Canada et des négatifs provenant des collections de Yousuf Karsh.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario