•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport critique le département de psychiatrie du CSSS de Saint-Jérôme

CSSS de Saint-Jérôme

CSSS de Saint-Jérôme

Photo : CSSS de Saint-Jérôme

Radio-Canada

Le rapport d'une enquête conjointe du Collège des médecins du Québec et de l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec sur le département de soins psychiatriques du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Saint-Jérôme prône un véritable « changement de culture », après avoir relevé des approches « désuètes », l'absence de certains services et un encadrement instable.

Le rapport de 51 pages a été rendu public mercredi matin par les deux ordres professionnels, après une enquête d'une durée de deux mois.

Il contient 27 recommandations, parmi lesquelles l'instauration de pratiques cliniques qui respecteraient les standards actuels de la psychiatrie.

Les auteurs du rapport recommandent également que l'on prenne des mesures pour assurer le respect des droits des patients et que l'on adapte le niveau des effectifs aux besoins de la clientèle.

Les enquêteurs affirment aussi qu'il faudrait des lieux plus adéquats, ajoutant toutefois qu'« il faudra bien plus que de nouveaux locaux pour atteindre le niveau de qualité des soins requis par les patients souffrant de problèmes de santé mentale dans cette région ».

Le rapport recommande de systématiser l'évaluation de la qualité de l'exercice professionnel, d'améliorer le climat de travail et d'assurer une meilleure formation du personnel.

Le président-directeur général du Collège des médecins, le docteur Charles Bernard, a affirmé qu'il était « maintenant temps de passer à l'action et de concentrer nos efforts sur la qualité des soins aux patients ».

Le changement de culture demandé dans le département de psychiatrie « passe d'abord par les professionnels et le personnel, en sachant qu'ils ne sont pas les seuls et qu'ils auront l'appui vigilant des ordres professionnels et des autorités concernées, locales et régionales », a ajouté le docteur Bernard.

Le département offre des soins en santé mentale à une population de 525 000 habitants. Il dessert notamment les municipalités de Rosemère, Mont-Laurier, Saint-Lin et Lachute.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !