•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-péquiste Jean-Martin Aussant songe à créer un nouveau parti

Jean-Martin Aussant

Jean-Martin Aussant

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jean-Martin Aussant, le député qui a claqué la porte du Parti québécois il y a deux semaines, 24 heures après la démission fracassante de ses collègues Pierre Curzi, Lisette Lapointe et Louise Beaudoin, songe désormais à créer un nouveau parti souverainiste.

M. Aussant, qui avait précisé que sa démission n'avait rien à voir avec le dossier de l'amphithéâtre de Québec, mais plutôt avec la stratégie d'accession à la souveraineté du PQ, prévoit discuter de son idée avec ses trois collègues démissionnaires pendant l'été. Louise Beaudoin a toutefois déjà indiqué qu'elle n'avait pas l'intention d'être la cofondatrice d'un nouveau parti et Lisette Lapointe dit que cette éventualité ne fait pas partie de ses priorités.

La souveraineté, le plus rapidement possible

Le Parti québécois n'est plus un bon pari pour faire la souveraineté du Québec le plus rapidement possible, selon M. Aussant.

D'après le député, il est temps de revoir la démarche d'accession à la souveraineté. M. Aussant préférerait notamment une élection référendaire à la tenue d'un référendum éventuel et incertain après un scrutin.

L'ex-péquiste dit vouloir s'accorder quelques semaines de réflexion avant de décider s'il jettera les bases d'un nouveau parti souverainiste, et il affirme discuter avec d'autres personnes qui l'appuieraient dans sa démarche.

Une association avec la Coalition pour l'avenir du Québec de François Legault ou avec un autre parti politique existant est totalement exclue. Selon Jean-Martin Aussant, François Legault n'est plus indépendantiste, et Québec solidaire n'affiche qu'un souverainisme de façade.

M. Aussant précise que le projet de nouveau parti souverainiste n'en est encore qu'au stade de la réflexion. « Il y a plusieurs facteurs à étudier », a-t-il expliqué.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !