•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement des États généraux de la francophonie

La ville d'Ottawa enregistre l'un des taux de crimes haineux les plus élevés au Canada.
La ville d'Ottawa enregistre l'un des taux de crimes haineux les plus élevés au Canada. Photo: La Presse canadienne / Tom Hanson
Radio-Canada

Les États généraux de la francophonie ont été lancés vendredi à Ottawa, dans le cadre des festivités du 36e Festival franco-ontarien.

L'événement a pour objectif de trouver des moyens d'assurer une voix forte à la communauté francophone d'Ottawa. Les participants se pencheront notamment sur l'enjeu de la faible représentation des francophones à la table de l'Hôtel de Ville. Depuis les dernières élections municipales, le nombre de conseillers bilingues à la Ville s'est vu considérablement réduit.

« Au cours des prochains mois, nous voulons offrir à la communauté une occasion de se parler, de réfléchir sur elle-même en vue de lui permettre d'identifier ses grandes priorités pour son développement futur », explique Alain Brosius, le président du comité d'orientation des États généraux.

Nous, on est vraiment là pour aller chercher le pouls de la communauté, pour lui permettre de faire entendre ses préoccupations dans les différents lieux de pouvoir de la Ville.

François-Olivier Dorais, du Secrétariat des États généraux de la francophonie d'Ottawa

Il s'agit d'une réflexion à long terme, puisqu'elle se poursuivra pendant près d'un an et demi. Les États généraux prévoient entre autres le lancement d'un sondage auprès de la population au mois de novembre, qui sera ensuite suivi d'un grand forum public.

Ottawa-Gatineau

Francophonie