•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peawanuck: la décontamination de l'ancienne base radar entre dans sa deuxième phase

barils abandonnés

Une montagne de barils abandonnés près de l'ancienne station radar, vue en 2009.

Radio-Canada

Les travaux à l'ancienne station de radar la plus contaminée du réseau Mid-Canada entrent dans leur deuxième phase.

Le site situé près de Peawanuck, à la baie d'Hudson, contient notamment des BPC, du mercure et de l'amiante. Tout le matériel sera placé dans des conteneurs et acheminés vers Moosonee et le port de Churchill au Manitoba lorsque la route de glace ouvrira l'hiver prochain.

Ces déchets seront ensuite envoyés par rail vers des usines de décontamination de l'ouest et du Québec.

Le coût des travaux est de 41 millions de dollars.

Selon le porte-parole du ministère des Richesses naturelles, Roger Carrière, les travaux en cours sont les plus importants du projet de trois ans. Il souligne que des barils d'huile, des Jeep, des tracteurs ont été enterrés sur place il y a plus de 45 ans.

Des reliques de la Guerre froide

Dans les années 50, au coeur de la Guerre froide, le ministère fédéral de la Défense a construit le réseau Mid-Canada: une ligne de 98 stations radars allant de l'est à l'ouest du pays, longeant le 55e parallèle afin de détecter une éventuelle attaque soviétique. Ces sites sont abandonnés depuis 1965.

L'Ontario dit vouloir nettoyer les 16 sites restants sur son territoire parce qu'ils constituent un risque pour les communautés. Mais il se plaint que le ministère fédéral de la Défense, qui a construit ces stations radars, ne paie que le tiers des coûts de décontamination.

La province se donne jusqu'à 2015 pour terminer le grand nettoyage des anciennes stations radars.

Pollution

Environnement