•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vote du District scolaire 1 au N.-B. tranche en faveur du budget déficitaire

Ernest Thibodeau

Ernest Thibodeau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lors de sa réunion de mardi soir, les membres du District scolaire 1 ont voté pour l'adoption du budget déficitaire de 1,4 million de dollars.

Diane Albert Ouellette, directrice générale du District 1, explique que c'est un travail complexe. Beaucoup de fonds sont redirigés vers les services de soutien aux élèves.

« On a pris [le fonds] des manuels scolaires pour payer l'adaptation scolaire, on a pris le fonds supplémentaire pour payer l'adaptation scolaire. On a pris plein de choses pour payer l'adaptation scolaire », explique-t-elle.

Avec ce vote, le district scolaire confirme qu'il n'ira pas plus loin pour sabrer ses dépenses. Ernest Thibodeau, président du District 1, souligne que le déficit devait même être plus grand.

« On a décidé de montrer au ministère qu'on faisait déjà un effort en absorbant le sous-financement en adaptation scolaire. »

— Une citation de  Ernest Thibodeau, président du District 1

M. Thibodeau voit d'un bon oeil l'engagement de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick de parrainer un recours éventuel contre les compressions budgétaires devant les tribunaux.

Appui des autres districts scolaires

Deux autres districts scolaires du Nouveau-Brunswick se dressent devant le ministre de l'Éducation.

Le District 5 et le District 3 acceptent de faire les compressions demandées pour l'année scolaire 2011-2012, mais préviennent qu'ils n'iront pas plus loin.

Fredericton demande aux conseils scolaires de réduire annuellement leur budget de 2 % pendant trois ans.

Jeanne Da Gauthier, la présidente du District scolaire 3 dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, estime que le conseil ne pourra pas accéder à cette demande.

« Pour nous, c'est terminé les coupes. On ne peut plus de toute façon, même si on le voulait, toujours dans l'optique de toucher le moins possible l'élève dans la salle de classe. »

— Une citation de  Jeanne Da Gauthier, présidente du District scolaire 3

La réaction du ministre de la Francophonie

Paul Robichaud, qui participait mercredi à une conférence ministérielle des ministres responsables des affaires francophones à Moncton, a réagi à cette annonce.

Il souligne qu'il reconnaît que le District scolaire numéro 1 a une augmentation de sa population étudiante, mais qu'un ajustement de 2,8 % de son budget a été effectué pour répondre à cette hausse.

« Comme gouvernement, nous faisons face à des situations extrêmement difficiles au niveau économique et je pense que le district devrait regarder de quelle façon il peut faire des économies tout en n'affectant pas la salle de classe », a-t-il répété.

Il rappelle que, pour le gouvernement, les compressions et les réductions demandées sont nécessaires pour assurer la pérennité et assurer la qualité du système d'éducation au Nouveau-Brunswick.

« Comme Acadien, je veux m'assurer d'avoir un bon système d'éducation pour les prochaines décennies et les prochaines générations. Et l'exercice que nous faisons tout de suite, c'est dans cette direction-là. »

— Une citation de  Paul Robichaud, ministre de la Francophonie du Nouveau-Brunswick

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

En cours de chargement...