•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La petite séduction à Maillardville

Daniel Lemire et la chorale Les Échos du Pacifique
Daniel Lemire et la chorale Les Échos du Pacifique pendant le tournage de La petite séduction
Radio-Canada

Les résidents de Maillardville à Coquitlam se sont préparés à une visite bien spéciale, planifiée depuis près de six mois.

L'équipe de l'émission La petite séduction est en tournage mardi et mercredi dans la communauté francophone, en compagnie de l'humoriste Daniel Lemire.

Près de 200 personnes, surtout des enfants, sont venues assister au tournage.

Même si les organisateurs locaux souhaitent tout mettre en oeuvre pour faire rire et surprendre M. Lemire, ils ont aussi un autre objectif en tête.

« Le truc, c'est de s'assurer qu'il puisse verser une petite larme à la fin », a révélé Johanne Dumas, directrice générale et artistique de la Société Francophone de Maillardville. « C'est intéressant de voir que les gens à travers le Canada français pourront découvrir notre communauté ».

Il y aussi des gens qui planifient déjà des voyages dans l'ouest pour Vancouver, Victoria, peut-être qu'ils prendront le temps de faire une petite saucette vers Maillardville pendant qu'ils sont là.

Johanne Dumas, Société francophone de Maillarville

M. Lemire s'est dit touché de voir ce que les résidents préparaient depuis des mois. « Moi, je suis bon public, j'aime beaucoup rire. S'ils ont préparé des numéros comiques, je vais être le premier à en profiter », a-t-il souligné.

L'humoriste a ajouté qu'il trouvait ce « village d'irréductibles », qui ont conservé leur culture et leur langue, assez étonnant. « C'est grandiose comme réalisation », a-t-il affirmé.

Dany Turcotte, l'animateur de La petite séduction, croit que « c'est une réalité que les Québécois, malheureusement, négligent. »

« On est trop préoccupés par notre nombril qu'on oublie que partout au Canada, il y a des francophones aussi. Quand on dit qu'on vient ici, à Maillardville, à Vancouver, qu'il y une communauté francophone de 3000 personnes, ça impressionne beaucoup les gens. La petite séduction, ça sert aussi à ça, mettre l'éclairage sur ces communautés-là », a-t-il expliqué.

Mais selon lui, le plus bel impact, c'est celui qui s'effectue à l'intérieur même de la communauté, à travers les liens qui se tissent.

Colombie-Britannique et Yukon

Justice et faits divers