•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés approuvent la prolongation de la mission canadienne en Libye

Stephen Harper

Le premier ministre Stephen Harper lors du vote sur la motion

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les députés de la Chambre des communes ont voté mardi soir en faveur du prolongement de la participation canadienne au sein de la mission de l'OTAN en Libye.

Les députés ont voté pour la motion à 294 voix contre 1. La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, a été la seule députée à voter contre.

L'issue du vote ne faisait cependant aucun doute, puisque les conservateurs sont majoritaires.

Plus tôt, le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, avait plaidé que l'opération en Libye n'était pas terminée, le régime de Mouammar Kadhafi continuant de combattre son peuple. « Le Canada et nos partenaires internationaux doivent continuer à faire preuve de fermeté, de patience et de détermination pour aller jusqu'au bout et aider les Libyens à assurer leur avenir. Nous devons maintenir notre présence militaire », avait-il affirmé.

Le Canada participe activement à la mission avec six avions de chasse F18, des avions de surveillance et une frégate.

Au-delà de l'aspect purement militaire du prolongement de la mission, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d'affaires étrangères, Paul Dewar, avait demandé au gouvernement de tenir compte des aspects humanitaire et diplomatique de la mission.

Il a pressé le gouvernement de fournir plus d'assistance humanitaire en Libye. Il a ajouté que davantage d'efforts devaient être faits pour enquêter et intenter des poursuites sur des allégations de crimes de guerre commis en Libye.

Il a aussi demandé que le gouvernement reconnaisse que la solution au problème libyen est de nature diplomatique.

« Cette crise ne sera pas résolue par le Canada, l'OTAN ou des frappes aériennes supplémentaires. Elle le sera par des voies diplomatiques et humanitaires, et en s'assurant que l'ONU dirige et coordonne les opérations », a-t-il plaidé.

Lors du dernier sommet de l'OTAN, qui a eu lieu les 8 et 9 juin, le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, avait indiqué que le Canada avait dépensé 26 millions de dollars pour l'intervention en Libye. Il a estimé que la prolongation de la participation canadienne jusqu'à l'automne pourrait en coûter plus du double.

Le 1er juin dernier, l'OTAN a décidé de prolonger son opération militaire en Libye, qui devait se terminer le 27 juin, jusqu'à la fin septembre.

La mission, lancée dans la foulée d'une résolution de l'ONU, a pour objectif officiel de protéger la population contre la répression exercée par le régime de Kadhafi. Mais dernièrement, plusieurs dirigeants de pays membres de l'Alliance atlantique ont ouvertement réclamé le départ du colonel Kadhafi.

Réorienter la mission?

Cette prolongation de la mission de l'OTAN survient alors que plusieurs alliés se questionnent sur une éventuelle réorientation de l'intervention.

Le gouvernement britannique a notamment indiqué lundi qu'il devrait redéfinir ses priorités militaires si l'opération de l'OTAN se prolonge au-delà des trois mois déjà annoncés. La mission aurait été moins coûteuse et « beaucoup plus réactive » si la Grande-Bretagne disposait toujours d'un porte-avions opérationnel, selon l'Amiral Mark Stanhope, chef des forces maritimes britanniques.

Puis, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté lundi soir un amendement visant à interdire l'utilisation de fonds publics américains pour la mission en Libye. Le président Barack Obama avait suscité le mécontentement des élus en allant de l'avant avec l'opération militaire sans les consulter.

Le Canada reconnaît le Conseil national de transition libyen

Avant de se prononcer sur le prolongement de la mission en Libye, le gouvernement du Canada a officiellement reconnu l'organe politique des rebelles libyens, le Conseil national de transition (CNT), comme le représentant légitime du peuple de la Libye.

« Le Canada se lance dans une stratégie d'engagement renforcé avec le Conseil national de transition de la Libye », a déclaré le ministre Baird, ajoutant que le Canada fera bénéficier le CNT de son expertise en matière de gouvernance.

2 millions de dollars d'aide supplémentaire

La ministre de la Coopération internationale, Bev Oda, s'est engagée mardi à verser 2 millions de dollars d'aide humanitaire supplémentaire à la Libye. De cette somme, 1,75 million de dollars iront à la Croix-Rouge et aux sociétés du Croissant-Rouge de la Libye, de la Tunisie et de l'Égypte, et 250 000 $ seront octroyés aux victimes de viol, par le biais du Fonds des Nations Unies pour la population.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !