•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec plaide la cause de Nathalie Morin

L'Assemblée nationale du Québec s'apprête à se prononcer sur une motion qui demande au gouvernement fédéral d'intervenir auprès de l'Arabie saoudite afin de venir en aide à Nathalie Morin.

Nathalie MorinNathalie Morin

La Québécoise désire quitter le royaume wahhabite, où elle se trouve depuis six ans avec ses trois enfants, mais elle en est empêchée par son mari, un homme violent et manipulateur, selon la famille de Mme Morin.

La motion, déposée par la ministre des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, devrait être adoptée à l'unanimité.

Elle exprime l'inquiétude des parlementaires quant au sort de Mme Morin, salue le dévouement de ses proches, et appelle Ottawa à redoubler d'efforts pour rapatrier la femme de 27 ans au pays.

Mme Gagnon-Tremblay a dit espérer que le message véhiculé par la motion, combiné aux efforts déployés par la famille, « mènera enfin à l'aboutissement de ce combat mené par elle et les membres de sa famille ».

« Le gouvernement du Québec a la responsabilité morale de tout mettre en oeuvre pour mettre fin à ces violations et rapatrier Mme Morin avec ses trois enfants ici au Québec », a pour sa part commenté le député péquiste Alexandre Cloutier.

Le dépôt d'une motion a été proposé par le premier ministre du Québec, Jean Charest, après que le député Amir Khadir eut soulevé le cas de la jeune femme à l'Assemblée nationale.

La cause de Mme Morin est compliquée, d'autant plus qu'elle est accusée d'avoir voulu kidnapper ses enfants. Mme Morin nie formellement ces accusations et dit être victime d'un coup monté, selon ce qu'affirme sa mère, Johanne Durocher.