•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voler à l'aide d'un moteur accroché sur le dos

Glenn Martin et son jetpack

Glenn Martin et son jetpack

Photo : AFP / Neil Sands

Radio-Canada

La science-fiction pourrait devenir réalité d'ici quelques mois.

Un inventeur néo-zélandais, Glenn Martin, a testé avec succès son Jetpack, un prototype qui permet de voler avec un moteur accroché sur le dos.

M. Martin entend commercialiser son invention d'ici 18 mois, après 30 ans de recherche et de développement.

À la fin mai, lors d'un test de vol, le Jetpack s'est élevé à 1500 mètres du sol fixé sur un mannequin. Il a ensuite survolé les plaines de la région de Canterbury, dans l'île du sud de la Nouvelle-Zélande, pour terminer son voyage par un atterrissage en douceur.

Le succès de cet essai était une étape cruciale en vue de la commercialisation de ce qui pourrait bien devenir le premier réacteur dorsal au monde utilisable facilement et régulièrement.

Dans un premier temps, le Jetpack pourra servir aux personnels médicaux pour réaliser des interventions d'urgence ou encore à la surveillance de frontières.

On pourra ensuite l'équiper de caméras, pour des informations sur le trafic routier, puis l'employer pour aller au travail, ou pour s'amuser.

Glenn Martin

Fiche technique

L'engin est composé de deux cylindres qui abritent des moteurs V4 2 litres à injection directe, de 200 chevaux qui fonctionnent à l'essence ordinaire. Il est fixé sur un cadre en fibre de carbone et pèse moins de 115 kilos.

À l'heure actuelle, l'appareil peut voler 30 minutes sur une distance de 50 kilomètres, mais M. Martin travaille à des versions qui offrent plus de capacités.

En outre, il se conduit à l'aide de deux leviers, facilement contrôlable après une heure d'exercice. Un parachute s'ouvre automatiquement en situation d'urgence.

Encore loin de la coupe aux lèvres

Actuellement, la législation de nombreux pays interdit le survol des zones habitées par des engins ultralégers motorisés si bien que les civils ne pourraient, pour le moment, l'utiliser dans leurs déplacements quotidiens.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !