•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rocheuses : le réchauffement climatique menace l'approvisionnement en eau

Les Rocheuses
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le réchauffement climatique menace les ressources en eau de l'ouest de l'Amérique du Nord, selon une équipe d'experts canadiens et américains. La raison : il y a de moins en moins de neige dans les Rocheuses, peut-on lire dans leur étude, publiée jeudi dans la revue Science.

« Le réchauffement climatique aidant, le printemps arrive plus vite et est plus chaud », souligne le Canadien Brian Luckman, professeur à l'Université Western Ontario et membre de l'équipe scientifique. Au lieu des habituelles chutes de neige d'avril et mai, on voit de plus en plus de pluie.

Le couvert de neige s'amincit dans les Rocheuses depuis 800 ans, ont évalué les chercheurs en mesurant les anneaux de croissance des arbres en montagne sur une soixantaine de sites canadiens et américains. Le phénomène, remarquent-ils, s'accélère depuis 1980.

Les Rocheuses canadiennes sont une source d'eau pour 70 millions de personnes dans l'ouest du Canada et des États-Unis.

L'impact sur les rivières Columbia, Missouri et Colorado, qui voient leur flux diminuer, est important. Une nouvelle inquiétante pour les dizaines de millions de personnes qui dépendent majoritairement de cette source dans l'ouest américain.

Mais le Canada n'est pas à l'abri de ce bouleversement. Des villes en pleine expansion comme Calgary et des villes de l'intérieur de la Colombie-Britannique subissent déjà ou subiront la réduction d'alimentation en eau.

Robert Sanford, membre du programme « Eau, source de vie » des Nations unies incite le Canada à prendre l'avertissement au sérieux, comme l'ont fait les Américains. « Les États-Unis ont déclaré que l'alimentation en eau était un enjeu de sécurité nationale », dit-il.

Le glaciologue et climatologue Shawn Marshall, de l'Université de Calgary, croit qu'on comprendra vraiment la gravité de la situation lorsqu'une vraie crise éclatera.

Ironiquement, l'étude est publiée alors que le couvert de neige dans les Rocheuses cette année est le plus important depuis bien longtemps. Mais il ne faut pas s'y fier, avertissent les chercheurs, car la diminution progressive de ce couvert est bien réelle.

Un reportage de Frédéric Arnould

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !