•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand de la chanson

Radio-Canada



Claude Léveillée est et restera sans contredit l'un des plus grands de la chanson québécoise et même de la chanson française. Il s'est éteint paisiblement le 9 juin 2011. Il continue de marquer notre imaginaire avec des titres comme Frédéric, La légende du cheval blanc, Taxi, Soir d'hiver, Les vieux pianos, Emmène-moi au bout du monde, Le rendez-vous et La scène, pour n'en nommer que quelques-uns.

Enfance et adolescence

Claude Léveillée naît le 16 octobre 1932 à Montréal. Son talent musical se manifeste tôt. À l'âge de 5 ans, il improvise au piano, sans apprendre à jouer de l'instrument (il ne sait pas lire la musique). Il est et restera un musicien autodidacte. Le jeune Léveillée fait son cours classique au Collège André-Grasset, avant d'entrer au pensionnat du Collège de Montréal.

Début de carrière

En 1954, il chante pour la première fois devant 1500 personnes. C'est un triomphe. Un an plus tard, sa carrière musicale démarre vraiment, lorsqu'il interprète ses chansons dans la revue Bleu et or présentée à l'Université de Montréal, où il étudie les sciences sociales. Annonceur à CJMS, il continue de composer des chansons. À cette époque, il est aussi comédien à Radio-Canada. De 1957 à 1959, il incarne Cloclo le clown dans l'émission pour enfants Domino.

Avec Piaf

Claude Léveillée en 1957, à l'émission Music HallClaude Léveillée en 1957, à l'émission Music Hall Photo : André Le Coz/Radio-Canada

Claude Léveillée cofonde, avec, entre autres, Clémence DesRochers, Jean-Pierre Ferland et Raymond Lévesque, le groupe Les Bozos et la boîte à chansons Chez Bozo en 1959. Un soir de cette année-là, la légendaire chanteuse française Édith Piaf se trouve dans la salle. Elle l'invite à faire partie de son groupe de compositeurs.

Il n'hésite pas à s'envoler pour Paris. La chanteuse le séquestre dans son appartement. Cette association ne durera qu'un an, période pendant laquelle il écrit pour Piaf Boulevard du crime, Ouragan, La voix (ballet), Les vieux pianos.

Claude Léveillée enregistre son premier disque en 1961, un album intitulé Claude Léveillée, avec des chansons comme Les vieux pianos, Le rendez-vous et La légende du cheval blanc.

La saison des triomphes

De retour au Québec, Claude Léveillée devient directeur artistique de la boîte à chansons Le Chat Noir. Il y fait la rencontre de Gilles Vigneault, avec qui il écrira certaines de ses plus belles chansons.

Il remporte le Grand Prix du disque canadien de la radio de CKAC en 1962 et, quatre ans plus tard, le Grand Prix au Festival du disque dans la section auteur-compositeur-interprète. Claude Léveillée devient le premier Québécois à se produire à la Place des Arts en 1964 et à enregistrer un microsillon instrumental.

L'aventure du Quat'Sous

En 1960, le personnage de Cloclo, dans l'émission DominoEn 1960, le personnage de Clo-Clo, dans l'émission Domino Photo : André Le Coz/Radio-Canada

Le théâtre le fascine. Il cofonde et inaugure le théâtre Quat'sous le 3 décembre 1965, avec Paul Buissonneau, Yvon Deschamps et Jean-Louis Millette. Claude Léveillée signe la musique de certaines pièces de Marcel Dubé :

  • Zone
  • Au retour des oies blanches
  • Un simple soldat.

Carrière internationale

Son disque 1 voix 2 pianos (1967), fort mélancolique et influencé par le jazz, sous le charme de la voix de Nicole Perrier et du deuxième piano d'André Gagnon, connaît un grand succès. La même année, sa renommée dépasse nos frontières et transcende les langues. Claude Léveillée est un des premiers artistes québécois à se produire au Ed Sullivan Show, l'émission numéro 1 de variétés aux États-Unis.

En 1968, il donne 26 récitals en URSS en compagnie d'André Gagnon. Il se sépare de son pianiste l'année suivante, mettant fin à une longue et fructueuse association. L'amitié, elle, demeurera.

En 1972, Claude Léveillée représente le Canada au Festival de la chanson de Sopot (Pologne). Il continue à se produire un peu partout dans le monde.

1 X 5

Parmi d'autres apparitions mémorables, mentionnons, en 1976, sa participation au concert Une fois cinq, avec Yvon Deschamps, Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault et Robert Charlebois.

Avec les auteurs-compositeurs-interprètes Claude Gauthier et Pierre Létourneau, il participe à une tournée intitulée Trois fois chantera en 1984, dans le but de sensibiliser le jeune public à la chanson québécoise. En 1985, il retrouve avec un plaisir évident son complice d'antan, le compositeur et pianiste André Gagnon, pour le spectacle Tu t'rappelles Frédéric.

Accident cardio-vasculaire

2004 est une année éprouvante pour l'auteur-compositeur et interprète. Victime de deux hémorragies cérébrales, il en ressort partiellement paralysé.

Claude Léveillée est forcé de quitter la scène. En août 2005, il retourne chez lui après de longs mois passés à l'hôpital. Son dernier album Coeur sans pays, enregistré quelques jours avant son accident vasculaire cérébral, est publié à la fin de l'automne 2008.

Des chiffres

Responsable de la musique du film Les Beaux dimanches (1973), il a aussi composé sept comédies musicales :

  • Doux temps des amours (1964)
  • Il est une saison (1965)
  • Ne ratez pas l'espion (1966)
  • Elle tournera la terre (1967)
  • On n'aime qu'une fois (1967)
  • L'Arche de Noé (1968)
  • Posters (1968).

Elle tournera la terre est présentée à Paris en 1968.

Claude Léveillée a enregistré plus de 40 disques en à peu près 40 ans et a composé plus de 450 chansons.

Julie Arel, Renée Claude, Isabelle Aubret, André Gagnon, Daniel Guichard, Pauline Julien, Georgette Lemaire, Monique Leyrac et Roger Williams sont au nombre des interprètes qui ont chanté ou joué ses oeuvres.

À l'écran, petit ou grand

Claude Léveillée en récital, en 1976Claude Léveillée en récital, en 1976 Photo : André Le Coz/Radio-Canada

Homme aux multiples talents, il touche au cinéma et joue dans le film La ligne de démarcation de Claude Chabrol en 1966. Il y reviendra en 1988, pour interpréter le rôle d'un professeur de théologie dans Jésus de Montréal de Denys Arcand. Il apparaît aussi dans Meurtre en musique (1994) et L'Homme idéal (1996).

La télé n'est pas en reste: il est de La lanterne magique (1957), Domino (1957-1962), La perdrière (1971) et surtout Scoop (1991-1995), série qu'il marquera par son interprétation d'Émile Rousseau. On le voit en 2002 dans Tabou à TVA.

Drame personnel

Un drame dans son existence: son fils, dans la vingtaine, se suicide au début des années 1980. Il écrit pour lui la chanson Le Pierrot lunaire et se retire du milieu artistique pendant plus d'un an.

Prix et récompenses

  • Officier de l'Ordre du Canada, 1997
  • Chevalier de la Légion d'honneur de France, le 5 octobre 1998
  • Chevalier de l'Ordre national du Québec.

L'étoile d'Amérique s'est éteinte. Sa musique, elle, continuera de porter sa lumière encore longtemps.

Extrait de Frédéric

Après la vie t'a bouffé
Comme elle bouffe tout l'monde
Aujourd'hui ou plus tard
Et moi j'ai suivi...