•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : le suivi des patients hospitalisés en question

Un homme
Photo: iStockphoto

Beaucoup de patients hospitalisés en santé mentale sont réadmis peu de temps après leur sortie, montre un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS)

Selon le document, une personne sur 9 hospitalisée pour des raisons de santé mentale sera hospitalisée de nouveau moins d'un mois plus tard.

L'ICIS y voit là un indicateur des lacunes dans le suivi des patients après un séjour à l'hôpital.

Les réadmissions ne peuvent pas toutes être évitées, mais le fait de s'assurer que des services communautaires sont offerts aux personnes qui quittent l'hôpital peut aider à éviter les hospitalisations successives des personnes vivant avec une maladie mentale.

Kira Leeb, ICIS

Les statistiques montrent que plus de 12 000 Canadiens atteints de maladie mentale ont dû être hospitalisés plus d'une fois en un mois.

La maladie mentale comprend dans cette étude les troubles anxieux, les troubles de l'humeur, les troubles de la personnalité, la schizophrénie et les troubles liés à la consommation de drogues, d'alcool et d'autres substances.

Le saviez-vous?

Les admissions à l'hôpital pour ces raisons dépassent d'ailleurs le taux d'hospitalisation pour un accident vasculaire cérébral, la 3e cause de mortalité au pays.

Blessures auto-infligées

Autre constat troublant de l'ICIS : environ 17 500 Canadiens ont été admis à l'hôpital après une tentative de suicide ou après s'être volontairement infligé une blessure. Cela représente pas moins de 45 Canadiens hospitalisés quotidiennement après de tels gestes.

Les femmes âgées de 15 à 19 ans sont celles qui ont le plus tendance à s'automutiler.

Le taux d'hospitalisation à la suite d'une blessure auto-infligée chez les femmes de ce groupe d'âge était le double des hommes de la même catégorie. Toutefois, les hommes étaient trois fois plus susceptibles de mourir de blessures auto-infligées.

Santé