•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tempête magnétique en vue

L'éruption solaire du 7 juin

L'éruption solaire du 7 juin

Photo : NASA

Radio-Canada

L'activité des satellites, des communications et des réseaux électriques terrestres pourrait être perturbée mercredi à la suite d'une éruption solaire de rare intensité, estime la NASA.

L'observatoire de dynamique solaire de l'Agence spatiale américaine explique que le Soleil a connu le 7 juin une éruption solaire de force moyenne (M-2) avec une éjection de masse coronale visuellement spectaculaire.

« La tempête contient une quantité importante de protons à haute énergie (supérieure à 100 MeV), ce qui ne s'était pas produit depuis décembre 2006 » -NASA

Un grand nuage de particules s'est élevé rapidement puis est retombé, semblant couvrir une zone qui représente presque la moitié de la surface solaire.

La NASA soutient toutefois que l'événement ne s'est pas produit directement en direction de la Terre, ce qui devrait limiter ses effets sur notre planète. L'agence prévoit ainsi une tempête géomagnétique de mineure à modérée.

Ces éjections de matière coronale peuvent quand même perturber les équipements électroniques tels que les satellites en orbite autour de la Terre. Internet, téléphonie mobile, GPS et d'autres technologies peuvent aussi être perturbés en cas de tempête.

Au sol, les lignes électriques, les câbles de transmission et même les pipelines sont vulnérables aux décharges du Soleil.

En 1989, une « petite » tempête solaire a plongé le Québec dans le noir pendant neuf heures lorsque le système d'Hydro-Québec a flanché. À cette époque, la société n'était pas aussi dépendante des nouvelles technologies qu'aujourd'hui, ce qui amène les spécialistes à s'alarmer d'une potentielle tempête solaire majeure.

Le saviez-vous?

Le Soleil connaît des cycles d'activité de plus ou moins 11 ans, passant d'un repos relatif à des périodes de tempêtes sérieuses. Il termine actuellement une période de faible activité, et pourrait donc connaître cette année une nouvelle phase de turbulences.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Télécommunications

Science