•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec aux prises avec une épidémie de rougeole

70 cas de rougeole ont été dénombrés sur le territoire du CSSS de Drummondville.
Radio-Canada

Une épidémie de rougeole frappe le Québec depuis avril dernier avec l'éclosion de quelque 750 cas, alors que la moyenne est d'un ou deux cas pour les années précédentes.

Plus des deux tiers des 750 cas recensés sont des jeunes de 5 à 19 ans. La Direction de la santé publique craint une recrudescence de la maladie au cours de la période hivernale.

Les gens qui ont été vaccinés et ceux qui ont déjà eu la rougeole sont considérés comme immunisés, mais tous les autres sont à risques de l'attraper. C'est pourquoi une vaste campagne de vaccination se déroulera dans les écoles primaires et secondaires.

La vaccination n'est pas obligatoire, mais les enfants qui ne seront pas vaccinés devront demeurer à la maison si un cas se présente dans leur école. Ils seront exclus de l'école pendant toute la durée de l'éclosion, soit environ 14 jours.

L'épidémie de rougeole touche particulièrement la Mauricie et le Centre-du-Québec, avec 524 cas. Quelque 145 cas sont également rapportés en Montérégie. Montréal ne compte pour le moment que 13 cas et aucune éclosion.

Les premiers cas signalés en avril dernier concernaient surtout des personnes de retour d'un voyage en Europe, notamment en France. Toutefois, la rougeole se transmet désormais sur une base locale au Québec, note la Direction de la santé publique du Québec.

Qu'est-ce que la rougeole ?

La rougeole, même s'il elle touche surtout les enfants, peut survenir à tout âge. D'une durée allant d'une à deux semaines, l'infection se manifeste par un ensemble de symptômes dont la fièvre, la toux, l'écoulement nasal, la conjonctivite et des rougeurs cutanées.

Les complications les plus fréquentes sont les otites et les infections pulmonaires.

Plus rarement, la rougeole peut entraîner une complication cérébrale pouvant causer des dommages permanents ou même le décès. Environ 10 % des cas peuvent nécessiter une hospitalisation.

Le virus se transmet par les gouttelettes dans l'air provenant des éternuements ou de la toux ou par contact direct avec des sécrétions du nez ou de la gorge de personnes infectées.

La période au cours de laquelle le virus peut se propager commence environ quatre jours avant l'émergence d'éruptions cutanées et se termine environ quatre jours après leur apparition.

Les bébés sont généralement vaccinés une première fois à 12 mois puis une seconde fois entre 13 et 24 mois. Ces deux doses du vaccin RRO (rougeole-rubéole-oreillons) sont nécessaires pour que les personnes nées après 1980 soient protégées, selon la Direction de la santé publique. Elle recommande d'ailleurs l'administration du vaccin aux jeunes et aux adultes qui n'ont pas été vaccinés.

Par ailleurs, les personnes qui ont été infectées et guérissent de la rougeole sont immunisées à vie.

Le saviez-vous ?

À l'échelle mondiale, la rougeole est l'une des principales causes de décès d'enfants évitables par la vaccination. Quelque 160 000 personnes meurent toujours de cette maladie chaque année, la plupart dans les pays en développement, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Souvent, les enfants qui en décèdent sont sous-alimentés et leur système immunitaire est trop faible pour combattre l'infection. 83 % des enfants dans le monde ont reçu au moins une dose du vaccin contre la rougeole. Avant l'arrivée de la vaccination au début des années 1960, la rougeole était la première cause mondiale de mortalité par infection, avec 6 millions de décès.

Vaccination contre la rougeole en AfriqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Vaccination contre la rougeole en Afrique

Photo : La Presse canadienne / AP/Karel Prinsloo

La transmission de la rougeole a été pratiquement éradiquée du continent nord-américain ces dernières années, alors qu'elle reste active en Europe.

Une épidémie de rougeole sévit depuis trois ans en France : entre janvier 2008 et mars 2011, près de 15 000 cas y ont été déclarés. On compte plus de 7300 cas pour les trois premiers mois de 2011 dans ce pays. Les pays voisins ont aussi enregistré une hausse importante des cas ces dernières années.

Le mouvement anti-vaccination

Plusieurs autorités de la santé dans le monde attribuent la recrudescence des cas de rougeole ces dernières années dans les pays développés à la baisse du taux de vaccination.

Selon l'OMS, pour que la rougeole soit maîtrisée, il faut un taux de vaccination de plus de 95 %. Le taux est actuellement de 90 % en France, et même plus bas dans certaines régions de ce pays.

Des travaux publiés en 1998 dans la revue The Lancet avaient semé la panique dans le monde en établissant un lien entre le vaccin rougeole-rubéole-oreillons et l'autisme infantile.

La publication des résultats de cette étude, réalisée sur un échantillon de seulement 12 enfants, avait entraîné une baisse marquée de la vaccination RRO en Grande-Bretagne, mais également aux États-Unis, au Canada et dans d'autres pays occidentaux.

Le journal The Lancet s'est rétracté en 2010 et a retiré l'étude de ses archives. L'étude a récemment été critiquée comme étant un « trucage délibéré » par le British Medical Journal.

De nombreuses recherches publiées depuis n'ont établi aucune corrélation entre l'apparition de l'autisme chez l'enfant et le triple vaccin RRO.

Au Québec, un mouvement anti-vaccination s'est aussi manifesté lors de l'épidémie de grippe A (H1N1).

Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !