•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vaccins moins chers pour les pays pauvres

Un jeune enfant se fait vacciner contre la fièvre jaune à Abidjan, en Côte-d'Ivoire. (archive)

Un jeune enfant se fait vacciner contre la fièvre jaune à Abidjan, en Côte-d'Ivoire. (archive)

Photo : AFP / KAMBOU SIA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs grandes compagnies pharmaceutiques, dont GlaxoSmithKline (GSK) et Merck, se sont entendues pour baisser les prix de certains vaccins destinés aux pays pauvres et qui sont distribués par l'alliance GAVI.

GSK réduira notamment de 67 % le prix de son vaccin antidiarrhéique Rotarix. Le rotavirus provoque des diarrhées chroniques et tue plus d'un demi-million d'enfants chaque année, surtout en Afrique et en Asie.

Les pays les plus pauvres du monde pourront se le procurer pour 2,50 $US la dose.

L'alliance GAVI, mise sur pied par Bill Gates, s'est engagée à subventionner l'introduction, d'ici 2015, de Rotarix dans 40 % des pays les plus pauvres de la planète. L'organisme fait toutefois face à un déficit de 3,7 milliards de dollars et a donc lancé un appel à la baisse des prix afin d'amasser des dons.

L'initiative de GSK sera financée par des prix plus élevés dans les pays occidentaux, a indiqué la pharmaceutique du Royaume-Uni.

« Nous devons nous assurer de la rentabilité de notre investissement pour financer le développement de la prochaine génération de vaccins et de médicaments, ce qui passe par le profit. Il est certain, cependant, que les gens qui vivent au Kenya, dans un bidonville au Malawi ou dans un autre endroit du genre ne sont pas capables d'y contribuer. Ces pays doivent être aidés par une plus grande contribution des pays riches et émergents », a déclaré à la BBC le chef de la direction du Groupe mondial GSK, Andrew Witty.

De son côté, la pharmaceutique américaine Merck a annoncé qu'elle diminuerait le prix de son vaccin antidiarrhéique à 5 $US, puis à 3,50 $ lorsqu'elle en aura vendu plus de 30 millions de doses.

Par ailleurs, deux fabricants indiens de vaccins émergents, le Serum Institute et la société Panacea Biotec, ont convenu de baisser le prix du vaccin pentavalent, qui protège contre cinq maladies mortelles, soit la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l'hépatite B et l'Haemophilus influenzae de type B. La société Panacea Biotec doit réduire ses prix jusqu'à 15 %.

GSK a également indiqué qu'elle s'apprêtait à sortir le premier vaccin contre la malaria.

Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !