•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des plaisanciers québécois coincés aux États-Unis en raison des inondations

Conrad Harvey est coincé avec son embarcation à Rouses Point, aux États-Unis.

Conrad Harvey est coincé avec son embarcation à Rouses Point, aux États-Unis.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de navigateurs qui souhaitent rentrer au Québec sont coincés de l'autre côté de la frontière depuis des semaines.

Les inondations en Montérégie ont forcé la Sécurité civile à interdire la navigation d'embarcation à moteur sur la rivière Richelieu entre le lac Champlain et Saint-Jean.

« On nous interdit carrément de rentrer dans notre propre pays sans aucune assistance, ni information coordonnées », déplore Conrad Harvey, qui revient d'un séjour en Floride. « Ça fait un mois qu'on se bute de porte en porte, d'écluse en écluse, et qu'on convainc tranquillement les intervenants de nous laisser passer. » Le capitaine se trouve maintenant à Rouses Point, où on lui interdit de traverser la frontière canadienne.

Pendant qu'il attend, les frais portuaires s'accumulent. M. Harvey a dû débourser 5000 $ jusqu'à présent.

Le plaisancier est conscient que sa situation n'a rien de dramatique par rapport à celle des sinistrés de la Montérégie. Mais il aimerait, comme plusieurs autres, que les autorités s'occupent de lui.

On ne s'attend pas à être compensé, mais on est des sinistrés en raison des décisions qui ont été prises pour protéger d'autres sinistrés.

Conrad Harvey

La Sécurité civile québécoise justifie sa décision en expliquant que les embarcations pourraient heurter des débris et que leur passage risque de causer des vagues qui affecteront les municipalités inondées.

La rivière Richelieu restera fermée jusqu'à ce que le niveau de l'eau baisse d'environ une trentaine de centimètres, ce qui pourrait prendre encore quelques jours, ont indiqué les autorités, vendredi. L'interdiction est réévaluée quotidiennement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !