•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les signes avant-coureurs de l'AVC méconnus

Une femme a mal à la tête

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La reconnaissance des signes avant-coureurs de l'accident vasculaire cérébral (AVC) est dangereusement faible au Canada, particulièrement chez les femmes, révèle le rapport 2011 sur les AVC de la Fondation des maladies du coeur.

La Fondation estime que les Canadiennes doivent apprendre à mieux détecter les accidents vasculaires cérébraux, l'une des principales causes de mortalité chez les femmes, avec les maladies cardiaques.

Le rapport montre, entre autres choses, qu'une Canadienne sur trois ne sait pas reconnaître au moins deux des cinq signes avant-coureurs d'un AVC, qui sont :

  • Engourdissement soudain, même temporaire, au visage, à un bras ou à une jambe
  • Perte soudaine de force
  • Troubles de la parole ou de la vision
  • Mal de tête soudain, intense et inhabituel
  • Perte soudaine de l'équilibre (surtout si elle est accompagnée des autres signes)

Bien reconnaître ces signes est l'une des conditions essentielles à la survie d'une personne victime d'un tel accident.

Les personnes qui présentent de tels symptômes doivent immédiatement composer le 9-1-1, rappelle la Fondation.

Le rapport révèle en outre que ce sont principalement les Canadiennes originaires de Chine et du sud de l'Asie qui manquent de connaissance pour identifier les facteurs de risque.

Le saviez-vous?

L'AVC frappe les hommes et les femmes de tous âges. Plus de 50 000 AVC surviennent chaque année au pays, soit un à toutes les 10 minutes. Selon la Fondation des maladies du coeur, plus de femmes que d'hommes succombent à un AVC chaque année. Au Canada, les AVC tuent 32 % plus de femmes que d'hommes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !