•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle souche de bactérie E. coli à l'origine de l'épidémie européenne

Une bactérie E. coli
Une bactérie E. coli (archives)
Radio-Canada

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme que la souche de la bactérie Escherichia coli entérohémorragique (ECEH), présente dans plusieurs pays européens, est une nouvelle souche jamais détectée auparavant.

Les premières analyses génétiques suggèrent qu'il s'agit d'une mutation des deux bactéries Escherichia coli, qui serait porteuse de gènes mortels, ce qui expliquerait pourquoi l'épidémie est si vaste et si dangereuse.

Une experte en sécurité alimentaire de l'OMS, Hilde Kruse, précise que cette nouvelle souche présente des caractéristiques variées, ce qui la rend d'autant plus virulente et productrice de toxines.

Jusqu'à maintenant, plus de 1500 personnes ont été infectées. Quelque 16 décès ont été signalés en Allemagne, l'État le plus touché par l'épidémie, et un autre a été rapporté en Suède.

La bactérie E. coli se trouve en grandes quantités dans l'appareil digestif des humains, des vaches et d'autres mammifères. Elle a été la cause de plusieurs éclosions de maladies d'origine alimentaire, dans de nombreux pays. Dans la plupart des cas, toutefois, la bactérie E. coli ne provoque que des problèmes d'estomac non mortels.

La bactérie ECEH, par contre, cause des symptômes plus graves, allant de la diarrhée accompagnée de traces de sang au syndrome hémolytique et urémique.

La Russie suspend ses importations de légumes en provenance de tous les pays de l'Union européenne.

L'Espagne demande réparation

Incriminés au début de la contamination, les concombres espagnols ont été disculpés par des analyses. Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, s'en prend maintenant à la Commission européenne et à l'Allemagne. Il soutient que Madrid demandera des explications ainsi que des dédommagements.

La Commission européenne « a été lente à réagir » parce qu'à partir du moment où les autorités allemandes ont exclu que l'épidémie était causée par des concombres espagnols, « elle aurait dû réagir plus vite et de manière plus résolue », a-t-il déclaré à l'Associated Press.

Premier producteur européen de fruits et légumes, l'Espagne exporte en grande quantité en Allemagne. Les producteurs agricoles espagnols estiment qu'ils paient injustement le prix dans cette crise.

Dans plusieurs autres pays européens, les craintes concernant la contamination à la bactérie ont d'ailleurs fait chuter les ventes des producteurs maraîchers.

Avec les informations de Associated Press

Science