•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le portable est «peut-être cancérogène», selon l'OMS

Un téléphone intelligent
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

L'usage des téléphones portables devrait être considéré comme « peut-être » cancérogène, estime l'agence de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon une trentaine d'experts de 14 pays réunis pendant huit jours à Lyon, en France, les preuves continuent à s'accumuler et sont maintenant assez fortes pour justifier une telle classification.

Le groupe de travail a fondé cette classification [...] sur des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l'usage du téléphone sans fil.

Jonathan Samet, Centre international de recherche sur le cancer

Le saviez-vous?

Déjà, en 1998, un reportage du journaliste Michel Rochon de l'émission Découverte soulevait le doute à la suite d'études réalisées sur des animaux.

Nouvelle classification

L'agence de l'OMS classifie maintenant les cellulaires au niveau 2B. La classification va de 1 (cancérogène pour l'humain) à 4 (probablement pas cancérogène), le niveau 2 étant divisé en 2A (probablement cancérogène pour l'homme) et 2B (peut-être cancérogène pour l'homme).

Cette nouvelle cote signifie qu'il existe peut-être un risque, et que le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer doit être surveillé de près.

Pour en arriver à ce classement, le groupe de chercheurs a analysé toutes les études déjà publiées sur le sujet.

Le risque serait surtout possible en ce qui concerne les gliomes et les neurinomes de l'acoustique. Il ne serait toutefois pas possible de tirer des conclusions pour les autres cancers.

Les experts pensent que des recherches complémentaires doivent rapidement être menées sur l'utilisation intensive, sur le long terme, de ce type de téléphones.

Réduire l'exposition

Dans ce contexte et dans l'attente de nouvelles données, les chercheurs invitent les utilisateurs à la plus grande prudence et à l'utilisation d'outils mains libres ou encore de messages textes.

Au Canada

Les plus récentes statistiques estimées en 2008 pour le cancer du cerveau font état de 2600 nouveaux diagnostics et de 1700 décès.

Avec les informations de Agence France-Presse

Santé