•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'assassin présumé d'Anna Politkovskaïa a été arrêté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le département des enquêtes criminelles du ministère de l'Intérieur de Tchétchénie confirme que l'assassin présumé de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, Roustam Makhmoudov, a été arrêté en Tchétchénie.

La journaliste russe Anna Politkovskaïa, en mars 2005Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La journaliste russe Anna Politkovskaïa, en mars 2005

Photo : AFP / DDP/Jens Schlueter

« Nous disposons en effet de la confirmation de l'arrestation de Makhmoudov, mais nous ne pouvons rien dire de plus », a déclaré une porte-parole du département à l'Agence France-Presse.

« L'arrestation a été effectuée par les forces du ministère tchétchène de l'Intérieur », a-t-elle ajouté.

Anna Politkovskaïa, qui enquêtait sur les atteintes aux droits de l'homme en Tchétchénie et la corruption en Russie, a été abattue le 7 octobre 2006 dans son immeuble de Moscou. Elle avait 48 ans.

Roustam Makhmoudov est le frère de Djabraïl et Ibragim Makhmoudov, deux des trois hommes qui ont été acquittés en février 2009 d'avoir trempé dans le meurtre de la journaliste. L'autre était un ancien responsable de la police, Sergueï Khadjikourbanov.

Un ex-membre de l'agence russe du renseignement (FSB), Pavel Riagouzov, avait aussi été accusé dans une affaire d'extorsion relative à l'assassinat, et avait fait l'objet d'un procès distinct. Son accusation avait alimenté les rumeurs d'une implication au plus haut niveau de l'État.

Durant tout le procès, tenu devant un tribunal militaire, les avocats de la famille Politkovskaïa ont soutenu que les quatre hommes n'étaient que des seconds couteaux, et que le tireur et le commanditaire du meurtre étaient toujours au large.

La journaliste russe Anna Politkovskaïa, connue pour sa couverture très critique de la guerre en Tchétchénie, a été tuée par balle.

Mère de deux enfants, Anna Politkovskaïa avait dénoncé à plusieurs reprises les violations des droits de l'homme dont se rendaient coupables les forces russes en Tchétchénie. Son dernier article dans Novaïa Gazeta évoquait la terreur instaurée par les milices de Ramzan Kadyrov, officiellement intégrées à l'armée.

L'assassinat de la journaliste avait donné lieu à une forte couverture médiatique en Occident. Il avait été considéré comme une preuve que la liberté de presse connaissait un sérieux recul dans la Russie du président de l'époque, Vladimir Poutine.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !