•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Proche-Orient s'impose lors de la rencontre d'anciens dirigeants à Québec

Vicente Fox, ex-président du Mexique
Vicente Fox, ex-président du Mexique
Radio-Canada

Le sujet des négociations israélo-palestiniennes s'est imposé lors de la première journée de la rencontre annuelle du Conseil InterAction des anciens chefs d'État et de gouvernement, dimanche.

L'ancien président du Mexique, Vicente Fox, a estimé que le président américain, Barack Obama, n'aurait pas dû formuler le souhait que les frontières de 1967 constituent les bases de négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. « Seuls les gouvernements locaux devraient prendre des décisions, pas Obama, a-t-il déclaré. [Les États-Unis] interviennent partout et ils pensent apporter des solutions. Et ils n'amènent que des problèmes. »

Pour sa part, l'ex-premier ministre du Canada, Jean Chrétien, a été moins catégorique, expliquant qu'il n'avait jamais apprécié les gérants d'estrade lorsqu'il était premier ministre. Surtout que des diplomates ont affirmé que la proposition de Barack Obama avait été exclue de la déclaration finale du sommet du G8 en raison d'objections soulevées par le Canada.

« J'ai été dans ce problème-là, les virgules, les points-virgules, les barres sur les "T", ça prend beaucoup de temps », s'est contenté d'affirmer M. Chrétien.

Jean Chrétien, ex-premier ministre du CanadaJean Chrétien, ex-premier ministre du Canada

Composé de figures proéminentes de la politique mondiale, le conseil regroupe des personnalités comme l'ex-premier ministre Jean Chrétien, l'ex-président américain Bill Clinton et l'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt.

Les discussions devraient notamment porter sur la crise mondiale de l'eau et le désarmement nucléaire. Leurs conclusions seront transmises aux chefs de gouvernements. Le conseil s'intéresse avant tout aux questions liées à la paix et à la sécurité.

La cérémonie d'ouverture, présidée par le premier ministre québécois Jean Charest, s'est déroulée en milieu de matinée à l'Assemblée nationale.

Le Québec possède 3 % des réserves en eau douce renouvelable de toute la planète. Ce grand privilège s'accompagne de la responsabilité de préserver cette richesse collective.

Jean Charest

Les membres du conseil se réunissaient par la suite pour des discussions à huis clos au Château Frontenac. La rencontre du Conseil InterAction se poursuit jusqu'à mardi.

Avec un reportage de Josée Thibeault

International