•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Code d'Hérouxville n'était qu'une blague

André Drouin

André Drouin, qui a rédigé le code de vie d'Hérouxville

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

André Drouin, l'auteur du controversé Code de vie de Hérouxville, révèle dans un documentaire qu'il riait aux éclats lorsqu'il a rédigé le document et que son but était de provoquer les politiciens.

Rappelons qu'à Hérouxville, il est interdit de brûler ou de lapider des femmes. Ces propos sont inscrits dans un code de vie qui avait déclenché une véritable tempête médiatique sur les accommodements raisonnables.

« J'ai eu beaucoup de plaisir. Quand vous lisez que je riais aux larmes, c'était le cas, c'était ridicule », raconte l'auteur, André Drouin.

Le conseiller municipal d'Hérouxville soulève donc à nouveau la controverse et maintient que tout ça était prémédité pour provoquer. "Si on veut faire bouger les choses, il faut provoquer", dit-il.

Mais tous ne rient pas de cette blague. « C'est un peu choquant d'avoir fait ça aux Québécois », s'indigne Gérard Bouchard, l'un des commissaires sur la question des accommodements religieux.

Par contre, selon lui, le gouvernement ne s'est pas fait prendre au jeu d'André Drouin en mettant sur pied une commission. « Ce n'est pas pour ça que le gouvernement a créé la commission. Le débat était déjà amorcé », nuance-t-il.

Dans la petite municipalité d'Hérouxville, très peu de personnes veulent reparler de tout ça, mais ceux qui osent le faire sont derrière André Drouin.

Mauricie et Centre du Québec

Justice et faits divers