•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le corps de Salvador Allende exhumé

L’ex-président chilien Salvador Allende sur une photo prise en 1970

L’ex-président chilien Salvador Allende sur une photo prise en 1970

Photo : AFP

Radio-Canada

Le corps de l'ex-président chilien Salvador Allende a été exhumé dans le cimetière de Santiago, lundi, dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte en février afin d'identifier les causes exactes de son décès.

Selon la thèse généralement admise, le dirigeant socialiste s'est suicidé en septembre 1973 au moment du coup d'État militaire mené par le général Augusto Pinochet, mais pour de nombreux Chiliens, des doutes persistent.

Au moment de sa mort, le palais présidentiel était bombardé depuis des heures et des tirs arrivaient de tous les côtés. Selon l'autopsie pratiquée à l'époque à l'Hôpital militaire de Santiago, le dirigeant chilien s'est suicidé en se tirant une balle sous le menton.

Le seul témoin de la mort de Salvador Allende, le docteur Patricio Guijon, un membre de l'équipe médicale du président, a d'ailleurs toujours soutenu qu'Allende s'est enlevé la vie avec une arme que lui avait donnée le dirigeant cubain Fidel Castro.

M. Guijon affirme qu'après le suicide du président, il a enlevé l'arme qui gisait entre les jambes de M. Allende et s'est assis tout près de lui. « Les gens trouvent cela difficile à croire, mais je suis probablement resté là pendant 15 ou 20 minutes, absolument seul, dans le Hall de l'indépendance, avec le corps du président... assis, effrayé à mort et n'ayant aucune idée de ce qui allait arriver », a raconté M. Guijon, en entrevue à l'Associated Press.

Le médecin affirme qu'aucune balle n'a été tirée lorsque les soldats de Pinochet sont arrivés dans la pièce.

Un comité de 12 experts, composé de sept Chiliens et de cinq étrangers, est chargé d'examiner le corps.

La thèse du suicide mise en doute

Le docteur Luis Ravanal

Le docteur Luis Ravanal

Photo : Roberto Candia

Le docteur Luis Ravanal, un expert en médecine légale qui ne participe pas à l'exhumation de la dépouille de M. Allende, a relevé ce qu'il considère être des anomalies dans la description de sept pages du corps qui a été préparée après l'autopsie réalisée en 1973.

Selon lui, ces anomalies suggèrent que M. Allende aurait peut-être été blessé par un pistolet avant d'être achevé avec un AK-47. Le docteur croit par ailleurs que le AK-47 que l'armée chilienne a montré au public n'est pas celui que Fidel Castro a donné à M. Allende.

Cela nous paraît important pour le pays et pour le monde que l'on puisse établir juridiquement les causes de sa mort et les circonstances extrêmement violentes qui l'ont entourée.

La sénatrice Isabel Allende, fille de Salvador Allende

Le coup d'État pendant lequel le président Allende a trouvé la mort est survenu en pleine guerre froide. À la nouvelle de sa mort, plusieurs se sont mis à soupçonner un complot fomenté par les États-Unis. Les Américains ont en effet avoué plusieurs années plus tard avoir commandité le coup d'État.

Des soldats sur un toit devant le palais La Moneda, à Santiago, pendant le coup d'État du 11 septembre 1973.

Des soldats sur un toit devant le palais La Moneda, à Santiago, pendant le coup d’État du 11 septembre 1973.

Photo : AFP / Archives

L'enquête sur la mort du président chilien a été rouverte en même temps que 725 dossiers de crimes contre l'humanité commis sous la dictature d'Augusto Pinochet, de 1973 à 1990. Les dossiers de ces victimes n'avaient jamais été traités, faute de plaintes.

Les experts cherchent des preuves qui pourraient appuyer des accusations en lien avec le meurtre de ces personnes, dont plusieurs, disparues dans les jours qui ont suivi le coup d'État de Pinochet, ont partagé les derniers moments du président Allende.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International