•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille et les amis du joueur Derek Boogaard lui disent adieu

La famille de Derek Boogaard

La famille de Derek Boogaard le 21 mai à la sortie des funérailles à Regina, la Chapelle de la Division Dépôt de la GRC. Le père, Len (qui tient un chandail de l’équipe de Minnesota), la sœur, Krysten, et la mère, Joanne (qui tient un chandail de l’équipe du New Jersey).

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Radio-Canada

Le dur à cuire des Rangers de New York Derek Boogaard était reconnu comme un redoutable batailleur sur la glace, mais les centaines de personnes qui se sont réunies pour ses funérailles samedi se souviendront de lui comme un gentil géant.

La pluie tombait alors que la famille, les amis et les hockeyeurs se rassemblaient dans une chapelle de l'académie d'entraînement de la GRC pour rendre un dernier hommage à Boogaard, qui a été retrouvé sans vie le 13 mai dans son domicile de Minneapolis, à l'âge de 28 ans.

Un médecin légiste du comté de Hennepin a indiqué que la mort de Boogaard était accidentelle en raison d'un mélange d'alcool et d'oxycodone, un puissant analgésique.

Son ami de longue date Jeremy Clark a dit de Boogaard qu'il était plusieurs choses pour plusieurs personnes.

« Pour quelques-uns d'entre vous, il était le protecteur. Pour d'autres, il était le gros bouffon au sourire contagieux qui vous jouait des tours ou qui se moquait de vous », a raconté Clark. « Il y en a qui ont vu le géant tranquille, l'ami attentionné. »

« D'autres ont vu l'homme généreux qui pouvait régler la facture de parfaits inconnus au restaurant. Je pense que nous pouvons tous nous entendre sur une chose - il était un géant avec un coeur géant qui laisse un trou géant derrière lui. »

Boogaard, qui faisait six pieds sept pouces, avait été surnommé « The Boogeyman (Le Bonhomme Sept-Heures) » et il avait la réputation d'être l'un des bagarreurs les plus craints de la LNH.

Sean Avery et d'autres joueurs des Rangers de New YorkAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sean Avery et d'autres hockeyeurs des Rangers de New York quittent les funérailles.

Photo : Mark Taylor

Boogaard avait été repêché par le Wild du Minnesota en 2001 au septième tour, 202e au total et il a disputé 255 matchs avec le Wild de 2005 à 2010. Il a raté quatre matchs avec cette équipe en raison d'une commotion cérébrale.

Il avait accepté un contrat de quatre ans d'une valeur de 6,5 millions de dollars avec les Rangers en juillet et il a pris part à 22 matchs la saison dernière. Il a terminé l'année avec un but, une aide et 45 minutes de pénalité.

Le dernier match de Boogaard aura été celui du 9 décembre à Ottawa lorsqu'il s'est battu avec Matt Carkner et qu'il a subi une commotion cérébrale et une blessure à l'épaule - c'était la 70e bataille de sa carrière dans la LNH.

Clark a dit que « l'amour de Boogaard pour la vie et le plaisir était beaucoup plus grand que ses poings. »

« Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui était plus enjoué et excité par les toutes petites choses de la vie », a ajouté Clark.

Un travailleur acharné

Son coéquipier avec les Rangers Sean Avery et le président et directeur général de l'équipe, Glen Sather, étaient sur place pour la cérémonie, tout comme le défenseur du Wild Brent Burns, le joueur retraité Brendan Shanahan, et Jordan Eberle, des Oilers d'Edmonton.

Boogaard est né à Saskatoon et il a découvert sa passion pour le hockey à l'âge de quatre ans.

Le dépisteur des Rangers, Doug Risebrough, qui était aussi le directeur général du Wild lors du passage de Boogaard au Minnesota, se souvient de Boogaard comme d'un joueur dévoué, qui travaillait très fort pour s'améliorer.

« Boogy est devenu un des préférés des partisans, pas seulement à cause de son jeu physique, ses coups et ses batailles. Il travaillait fort. Les amateurs pouvaient voir les améliorations et tout le monde l'encourageait », a soulevé Risebrough.

« Ils connaissaient aussi son implication dans la communauté et savaient ce qu'apportait le travail qu'il faisait avec les Rangers, le Wild et plus tard avec sa propre oeuvre de charité avec les familles des militaires. »

Risebrough s'est rappelé d'un match bénéfice de hockey-balle, où Boogaard a joué avec des jeunes enfants qui faisaient la moitié de sa grandeur.

« Derek savait comment attirer les gens. Il savait comment les réconforter. Un gros bonhomme avec un coeur doux, a ajouté Risebrough. Sur la glace, les joueurs tentaient de se sauver de lui. À l'extérieur de la glace, les gens voulaient être près de lui. »

Burns, qui était cochambreur de Boogaard au Minnesota, a dit que Boogaard comptait beaucoup pour chacune des équipes avec lesquelles il a joué.

« Il a persévéré lorsqu'il est passé à travers plusieurs choses, particulièrement au hockey. On lui a dit toute sa vie qu'il n'était pas assez bon. Il a travaillé fort à chaque jour et il est éventuellement devenu l'un des durs à cuire les plus craints de la LNH et le meilleur protecteur pour ses coéquipiers. »

Burns gardera en mémoire de belles expériences et plusieurs rires avec Boogeyman.

« Sa compassion n'avait pas son égal. Tous les événements caritatifs, son travail avec les militaires - tout le monde aimait Boogs. Tout le monde aimait Boogs pour la protection et le divertissement qu'il procurait sur la glace et tout le monde voulait voir Boogeyman à l'extérieur de la patinoire. »

La Presse Canadienne

Des hommes marchent au sortir d'une égliseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les gens qui ont assisté aux funérailles quittent la chapelle.

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Hockey