•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du monde n'était pas à 18 h

Des adeptes du prédicateur Harold Camping annoncent la fin du monde sur un coin de rue à New York, le 13 mai 2011.

Des adeptes du prédicateur Harold Camping annoncent la fin du monde sur un coin de rue à New York, le 13 mai 2011.

Photo : AFP / Spencer Platt/Getty Images

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Californien Harold Camping, un prédicateur fondamentaliste chrétien, annonçait la fin du monde pour samedi, 18 h, heure locale. Il affirmait que le 21 mai 2011 est le « Jour du jugement » et que des tremblements de terre viendraient dévaster la planète, suivant le mouvement du soleil.

La prophétie apocalyptique de l'homme de 89 ans ne s'est pas réalisée. Le prédicateur avait martelé ces propos sur les ondes de sa propre radio chrétienne, mais aussi sur les plus grandes chaînes de télévision américaines.

Quelque 5000 panneaux publicitaires avaient été loués le long des autoroutes pour annoncer le « Jour du jugement », estampés d'une garantie : « The Bible guarantees it ».

Selon Harold Camping, le 21 mai coïncidait avec le 7000e anniversaire du déluge dans l'Ancien Testament. Ce n'était toutefois pas sa première erreur de calcul. En 1994, il avait également prédit la fin du monde. Il avait plus tard admis une erreur mathématique.

M. Camping compte de nombreux adeptes, qui lui donnent beaucoup d'argent. L'an passé, il a reçu 18 millions de dollars en dons et il possède un actif de 104 millions.

Plusieurs de ses disciples ont abandonné leur emploi pour sillonner les États-Unis et annoncer la fin du monde.

La nouvelle a fait grand bruit aux États-Unis. Tellement que le maire de New York a promis sur une note humoristique que si la fin du monde arrivait, il suspendrait le stationnement alterné dans toute la ville, ce dont rêvent les New-Yorkais.

Des athées ont profité de cette prédiction pour organiser des rassemblements destinés à critiquer le fondamentalisme religieux.

À Saskatoon, George Williamson, qui s'occupe d'un groupe de promotion de la science et de la pensée rationnelle, organise dimanche une fête pour ceux qui resteront. « C'est une blague, mais pensez aux pauvres personnes qui ont vendu tout ce qu'ils avaient en prévision de cette journée... Croire à ce point en M. Camping... »

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !