•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inflation alimentée par les prix de l'essence

Le prix de l'essence est à la hausse à Québec.

Le prix de l'essence est à la hausse à Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Canadiens ont payé 3,3 % plus cher pour leurs biens et services au cours de la période de 12 mois qui s'est terminée en avril, ce qui représente une hausse identique à celle enregistrée en mars.

La récente flambée des prix de l'essence explique en bonne partie le niveau relativement élevé du taux d'inflation au pays. De fortes augmentations du prix de l'essence ont été observées dans toutes les provinces, variant entre 19,5 % à l'Île-du-Prince-Édouard et 30,1 % en Ontario. Au Québec, le carburant coûtait 27,2 % de plus en avril qu'un an plus tôt. Les prix à la pompe sont maintenant à peine 5 % inférieurs à leur niveau record, atteint en juillet 2008.

Les prix de l'énergie dans l'ensemble ont bondi de 17,1 % au Canada entre avril 2010 et avril 2011. Le coût du mazout a bondi de 32,4 %, tandis qu'en Alberta, le coût de l'électricité a augmenté de 59,6 %.

D'une année à l'autre, sept des huit composantes principales de l'indice des prix à la consommation ont affiché une hausse des prix en avril.

Dans le secteur des transports, en plus de payer l'essence plus cher, les consommateurs ont dû débourser davantage pour les primes d'assurance de véhicules automobiles et le transport aérien.

Les Canadiens ont également déboursé davantage à l'épicerie. Les prix des aliments achetés en magasin ont augmenté de 3,7 % depuis un an. La viande (+5,5 %), les produits de boulangerie (+6,7 %), les légumes frais (+4,3 %) et les produits laitiers (+2,4 %) sont les produits dont les prix ont le plus augmenté depuis un an.

La montée des prix de l'immobilier a aussi eu un impact sur le budget des Canadiens. Le coût de remplacement par le propriétaire a augmenté de 2,6 %, même si le coût de l'intérêt hypothécaire a reculé de 2,1 %.

Seule la composante de l'habillement et des chaussures a fait exception. Les consommateurs ont payé en moyenne 1,1 % moins cher pour se vêtir.

L'indice de référence de la Banque du Canada, qui exclut les produits de consommation dont les prix sont les plus volatiles, a pourtant reculé. Il a atteint 1,6 % en avril, contre 1,7 % en mars. L'objectif de la banque centrale est de maintenir cet indice près de 2 %. Les données du mois d'avril ne risquent donc pas d'entraîner une modification de la politique monétaire canadienne. Les économistes s'attendent tout de même à ce que l'institution rehausse ses taux d'intérêt d'ici quelques mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !